Ultimate magazine theme for WordPress.

États-Unis – Cour suprême – «Sa famille a été obligée de quitter sa maison»

11

L’universitaire qui accuse le candidat de Donald Trump à la Cour suprême d’une agression sexuelle remontant aux années 1980 a réclamé mardi soir une enquête du FBI sur les faits présumés avant d’être auditionnée par le Sénat, et dit être la cible de menaces de mort depuis la révélation de son nom. Christine Blasey Ford, 51 ans, accuse le juge Brett Kavanaugh de l’avoir agressée sexuellement lors d’une soirée arrosée en banlieue de Washington il y a 36 ans, ce qu’il dément vigoureusement.

Ses accusations pourraient faire dérailler la confirmation de M. Kavanaugh et infliger du même coup un camouflet au président Trump, à moins de six semaines d’élections parlementaires à haut risque pour l’exécutif. Par «devoir civique», la chercheuse en psychologie qui souhaitait au départ rester anonyme avait fait savoir lundi, par le biais de son avocate, qu’elle se tenait prête à témoigner au Sénat qui, aux États-Unis, a le dernier mot sur les nominations à la Cour suprême.

Menaces et harcèlement

Le juge Kavanaugh avait en parallèle réclamé d’être entendu pour défendre son «honneur». La commission judiciaire du Sénat avait donc décidé de les convoquer pour une audition publique dès le 24 septembre. Mais dans une lettre envoyée mardi par le biais de ses avocats au sénateur républicain Chuck Grassley, chef de la commission, Mme Blasey a réclamé que le FBI mène d’abord une enquête avant d’être auditionnée.

Selon ses avocats, l’universitaire a «été la cible d’un harcèlement féroce et même de menaces de mort» depuis que son nom est devenu public. «Sa famille a été obligée de quitter sa maison. Son mail a été piraté», ont-ils ajouté. «Pendant que sa vie était bouleversée, votre personnel et vous (NDLR: M. Grassley) avez programmé une audition publique pour qu’elle témoigne à la même table que le juge Kavanaugh devant une vingtaine de sénateurs à la télévision nationale, et qu’elle revive cet épisode éprouvant et traumatisant», ont-ils poursuivi.

Bien que parmi ces sénateurs, certains soient déjà convaincus selon les avocats que Mme Blasey «a tort», cette dernière «veut coopérer» mais réclame au préalable une enquête du FBI, qui «devrait être la première étape pour faire face à ses allégations» afin que «les faits et les témoins soient évalués de manière non partisane».

Il «ne mérite pas ça»

La sénatrice démocrate Dianne Feinstein a approuvé cette position, jugeant que précipiter la tenue de l’audition avait été «injuste» et demandant un délai. Le président Trump s’était plus tôt dit solidaire de son candidat, en jugeant que le magistrat de 53 ans «ne mérite pas ça». «Je me sens vraiment mal pour lui, sa femme et ses deux merveilleuses filles», a déclaré le président américain lors d’une conférence de presse. Quant à son accusatrice, «j’espère qu’elle va s’avancer pour plaider son cas», a ajouté le locataire de la Maison-Blanche.

Le débat prend un relief particulier dans le sillage du mouvement #Metoo qui en un an a fait chuter des dizaines de personnalités. Mais l’enjeu va bien au-delà. La Cour suprême est l’arbitre des principales questions de société aux États-Unis, tranchant aussi bien sur le droit à l’avortement que les armes à feu ou le mariage homosexuel. Or, le juge Kavanaugh, un conservateur proche des républicains, est censé remplacer un juge plus modéré. Sa nomination à vie ferait donc basculer pour de longues années la plus haute juridiction du pays dans le conservatisme.

(L’essentiel/afp)

commentaires