Ultimate magazine theme for WordPress.

États-Unis – La Californie bannit (presque) les pailles

7

À partir de 2019 en Californie, si vous voulez une paille en plastique pour siroter votre verre dans un restaurant, il vous faudra explicitement la demander: le gouverneur Jerry Brown a signé jeudi une loi interdisant toute distribution automatique de ces ustensiles qui polluent les océans.

«Le plastique a contribué à faire progresser notre société, mais notre obstination à recourir à ces produits à usage unique a eu des conséquences désastreuses», a commenté dans un communiqué Jerry Brown, rejoignant la croisade entamée ces dernières années dans le monde contre cette forme de pollution insidieuse. «On estime que le plastique dans les océans tue des millions d’animaux marins chaque année», souligne le gouverneur, de longue date défenseur de l’environnement.

Selon une étude publiée dans la revue Science, huit millions de tonnes de plastique sont rejetées chaque année dans les océans, soit 250 kg par seconde. «Le plastique sous toutes ses formes – pailles, bouteilles, emballages, sachets… – est en train d’étouffer notre planète», s’alarme M. Brown. «Ce n’est pas grand-chose de faire en sorte qu’un consommateur qui veut une paille la demande. Mais cela lui laissera peut-être le temps de réfléchir et de trouver une alternative. Une chose est certaine, nous devons trouver le moyen de réduire, et à terme d’éliminer, tous ces produits en plastique à usage unique», conclut le gouverneur.

Après deux avertissements, les établissements qui persisteraient à enfreindre cette loi s’exposeraient à 300 dollars d’amende (255 euros). De grandes villes américaines comme Seattle, Miami Beach ou Oakland ont déjà restreint, sinon complètement interdit, la distribution ou vente de pailles en plastique, mais c’est la première fois qu’une mesure de cet ordre s’applique à l’échelle d’un État américain. Plusieurs pays européens, comme la Grande-Bretagne ou la France, ont décidé d’interdire les pailles en plastique et autres couverts jetables dans les années à venir.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires