Ultimate magazine theme for WordPress.

États-Unis – Melania Trump demande le renvoi d’une cadre

25

La première dame des États-Unis, Melania Trump, a demandé mardi, le limogeage d’une proche collaboratrice de John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale du président Donald Trump. Selon la presse, cette démarche illustre les luttes internes au sein de la Maison-Blanche.

«La position du service de la première dame est qu’elle ne mérite plus l’honneur de travailler à la Maison-Blanche», a indiqué dans un communiqué, la porte-parole de Melania Trump, à propos de Mira Ricardel, numéro deux du conseil de sécurité nationale. Celle-ci est la cible de critiques de la part des collaborateurs de Melania Trump depuis son voyage en Afrique au début octobre, selon la presse.

Pour le quotidien Wall Street Journal, citant des sources ayant eu connaissance du problème, celui-ci concernait notamment «le placement dans l’avion et des demandes d’utilisation des ressources du conseil de sécurité nationale». L’équipe de Melania Trump soupçonne également Mira Ricardel d’être à l’origine d’«histoires négatives» sur la première dame et ses collaborateurs.

Rumeurs de départs

Le flou autour de cette collaboratrice illustre, pour la presse, les dissensions entre les différents courants au sein de la Maison-Blanche, qui bruisse de rumeurs de départs, après le limogeage la semaine dernière du ministre de la justice, Jeff Sessions.

M. Bolton est un néoconservateur et l’un des chefs de file des «faucons» partisans de l’unilatéralisme au sein des républicains. Dans le rôle stratégique du secrétaire général de la Maison-Blanche, John Kelly a pour sa part tenté depuis son arrivée l’année dernière d’imposer la discipline autour du président américain.

Dans son dernier livre, le journaliste Bob Woodward affirme que John Kelly a déclaré «on est chez les fous», en parlant de la Maison-Blanche, entraînant un démenti formel de l’intéressé.

Selon la presse, Mme Ricardel aurait également été l’objet de discussions houleuses entre John Bolton et John Kelly, donné sur le départ ces dernières semaines. Elle aurait affronté verbalement le secrétaire à la défense, James Mattis, et la ministre à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen – une protégée de John Kelly – sur la gestion des migrants sud-américains arrêtés à la frontière. Kirstjen Nielsen serait aussi sur le point d’être limogée, a indiqué mardi, la Washington Post.

(L’essentiel/afp)

commentaires