Ultimate magazine theme for WordPress.

États-Unis – «Trump ne savait pas» pour l’affaire Huawei

173

La Chine a convoqué dimanche l’ambassadeur américain à Pékin pour protester contre l’arrestation de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei et exigé des Etats-Unis qu’ils renoncent à leur demande d’extradition, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Pékin «s’oppose fermement» à cette arrestation et «exhorte les Etats-Unis à attacher la plus grande importance à la position solennelle et juste de la Chine», a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié après un coup de téléphone du vice-ministre des Affaires étrangères Le Yucheng à l’ambassadeur Terry Branstad.

Un président «livide»

Un peu plus tôt dans la journée, le conseiller économique de la Maison Blanche a affirmé dimanche que Donald Trump n’était pas informé de l’arrestation de la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei au moment où il dînait avec son homologue chinois Xi Jinping la semaine dernière.

Le président «ne savait pas. Il ne savait pas et il n’a pas eu de réaction après» quand il l’a su, a insisté le conseiller Larry Kudlow sur la chaîne Fox News, alors que des informations contradictoires ont circulé à ce sujet cette semaine.

Face au journaliste évoquant des informations de presse faisant état d’un président «livide», Larry Kudlow a martelé: «il ne savait pas. Je le dis sans équivoque. Il l’a appris bien plus tard».

Meng Wanzhou, 46 ans, a été arrêtée à Vancouver (Canada), à la demande de la justice américaine. Elle est soupçonnée d’avoir menti à plusieurs banques au sujet d’une filiale de Huawei afin de pouvoir accéder au marché iranien entre 2009 et 2014 en violation des sanctions américaines.

Autorités chinoises en colère

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, avait initialement déclaré à la radio NPR que la Maison Blanche avait été prévenue de cette arrestation, survenue le jour même où le président Donald Trump dînait avec son homologue Xi Jinping. Mais un porte-parole de John Bolton avait ensuite contredit ces propos, selon la chaîne CBS.

Cette affaire pourrait compliquer les négociations commerciales entre Washington et Pékin alors que la rencontre le 1er décembre à Buenos Aires, en marge du sommet du G20, entre les présidents américain et chinois s’était conclue par l’annonce d’une trêve dans la guerre commerciale sino-américaine.

Vendredi, Donald Trump s’est voulu rassurant affirmant que les discussions commerciales avec la Chine «se passent très bien». Et Larry Kudlow a dit «douter» que cette affaire aura un impact sur les négociations commerciales, lors d’un entretien avec CNBC.

(L’essentiel/afp)

commentaires