Ultimate magazine theme for WordPress.

États-Unis – Une autre femme accuse Brett Kavanaugh

15

Une femme a accusé mercredi le candidat de Donald Trump à la Cour suprême d’avoir fait partie dans sa jeunesse d’un groupe de garçons qui tentaient de faire boire ou droguer des filles en vue d’abuser d’elles. Dans une déclaration sur l’honneur rendue publique par son avocat, Julie Swetnick affirme également avoir été elle-même victime d’un viol collectif lors d’une fête où Brett Kavanaugh était «présent» vers 1982.



Report du vote demandé

L’opposition démocrate au Sénat a demandé mercredi la «suspension immédiate» du vote de confirmation de Brett Kavanaugh comme juge à la Cour suprême, évoquant des «allégations multiples et corroborées» qui doivent selon elle faire l’objet d’une enquête. La commission judiciaire sénatoriale doit voter vendredi sur la nomination de M. Kavanaugh, un magistrat catholique conservateur désormais accusé par trois femmes d’agressions ou de comportement sexuel inapproprié lors de fêtes arrosées dans les années 80.


Cette fonctionnaire devient ainsi la troisième femme à porter des accusations à caractère sexuel contre le magistrat conservateur, qui a affirmé à plusieurs reprises avoir toujours traité les femmes avec respect. Julie Swetnick explique dans sa déclaration avoir participé à une dizaine de fêtes à Washington entre 1981 et 1983 où se trouvaient aussi Brett Kavanaugh et un de ses camarades, Mark Judge, déjà cité par la première accusatrice.

«À plusieurs reprises lors de ces fêtes, j’ai vu Mark Judge et Brett Kavanaugh boire de manière excessive et avoir un comportement totalement inapproprié, notamment en devenant très agressifs avec les filles et en n’acceptant pas qu’elles puissent dire ‘non’», écrit-elle, en les accusant aussi d’avoir «caressé et peloté des filles sans leur consentement».

Audition jeudi au Sénat

«Brett Kavanaugh et d’autres tentaient de soûler et de désorienter les filles à un point qu’elles pouvaient être violées en réunion dans une pièce ou une chambre à l’écart, par une série de nombreux garçons. J’ai un souvenir vivace de garçons alignés à l’extérieur de ces chambres lors de ces soirées, attendant de prendre leur tour avec la fille à l’intérieur», assure-t-elle encore. «En 1982, j’ai été victime d’un de ces viols collectifs», confie-t-elle, en expliquant avoir été incapable de se défendre probablement sous l’effet d’une drogue. «Mark Judge et Brett Kavanaugh étaient présents», affirme-t-elle sans donner plus de détails.

Sa déclaration a été transmise à la commission judiciaire du Sénat, chargée d’évaluer les candidats à la Cour suprême, par son avocat Michael Avenatti, qui défend déjà l’actrice de films pornographiques Stormy Daniels, engagée dans une bataille judiciaire avec Donald Trump. Les avocats de la commission ont commencé à l’examiner, selon un porte-parole.

Ce nouveau témoignage intervient à la veille d’une audition publique au Sénat d’une universitaire de 51 ans, Christine Blasey Ford, qui affirme avoir été agressée sexuellement par le jeune Kavanaugh lors de leurs années de lycée. Également accusé d’avoir exhibé son sexe au nez d’une camarade d’université lors d’une soirée arrosée à Yale, le magistrat, qui doit également témoigner sous serment jeudi, assure être victime d’une «campagne de calomnies». Jusqu’à présent, il bénéficie du soutien inconditionnel du chef de l’État et de la majorité républicaine.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les derniers commentaires

commentaires