Ultimate magazine theme for WordPress.

Euro-2024 – L’ombre d’Erdogan plane sur la candidature turque

9

Recep Tayyip Erdogan est fan de football, a développé les infrastructures sportives de son pays et manifesté à plusieurs reprises son ambition d’organiser une compétition majeure. Mais sa dérive autoritaire risque de plomber la candidature de la Turquie à l’Euro 2024. L’UEFA doit annoncer jeudi, qui, de la Turquie ou de l’Allemagne, accueillera la principale compétition continentale, et nul doute que le président turc espère l’emporter pour redorer une image ternie ces dernières années.

D’autant plus que le président turc entame le jour même de l’annonce de la décision de l’UEFA un déplacement très attendu en Allemagne, et rafler la mise lui permettrait d’aborder avec un avantage au score sa rencontre avec la chancelière Angela Merkel.

Le critère des droits de l’homme

Mais l’instance suprême du football européen se risquera-t-elle à confier au pays de ce dirigeant controversé aux yeux de l’Occident l’organisation de sa compétition reine? «Où que vous regardiez, les abus des droits de l’homme sont endémiques en Turquie», souligne Andrew Gardner, chercheur en Turquie pour Amnesty International. «L’UEFA doit dire clairement au gouvernement que cela ne serait pas acceptable».

Dans son rapport d’évaluation publié la semaine dernière, l’UEFA pointe d’ailleurs avec «préoccupation» l’absence, dans le projet de la Fédération turque de football (TFF), de «plan d’action dans le domaine des droits humains». L’une des questions cruciales est de savoir quelle importance aura le critère des droits de l’homme, introduit pour la première fois pour l’édition 2024 dans le cahier des charges de l’organisation de l’Euro, dans le choix de l’UEFA, jeudi.

«On ne demande certes pas à un pays retenu pour une grande compétition sportive d’être un modèle de démocratie et d’État de droit», souligne Jean Marcou, chercheur associé à l’Institut français d’études anatoliennes, citant l’exemple du dernier Mondial en Russie. Mais il rappelle que la répression de vastes manifestations antigouvernementales en 2013 avait jeté un voile sur la candidature de la Turquie, à l’organisation des Jeux olympiques de 2020, dont l’attribution au Japon était survenue quelques mois après.

Le silence d’Erdogan

Or, depuis, la situation n’a fait qu’empirer: depuis une tentative de putsch en 2016, suivie d’arrestations massives, le pays est régulièrement épinglé par les ONG de défense des droits de l’homme pour des atteintes aux libertés d’expression. Cette dégradation de la situation des droits de l’homme en Turquie pourrait nuire au pouvoir d’attraction de ce pays qui, en 2010, avait manqué d’une seule voix l’organisation de l’Euro 2016 face à la France.

Comme s’il voulait se faire oublier, M. Erdogan a été remarquablement silencieux au sujet de l’Euro 2024, alors qu’il était au four et au moulin pour défendre la candidature turque aux JO. Pour M. Marcou, cette discrétion pourrait s’expliquer par sa volonté de ne pas nuire à la candidature turque en la politisant ou en s’y associant d’un peu trop près, mais aussi par les difficultés économiques que traverse le pays actuellement. Daghan Irak, sociologue du sport turc et chercheur à l’Université d’Aix-Marseille, observe pour sa part un «fort manque de motivation des acteurs politiques et sportifs» turcs par rapport aux candidatures précédentes, «probablement pour des raisons financières».

Obligé de faire des progrès

Reste que décrocher l’organisation d’une compétition sportive de cette envergure serait une consécration pour le président turc, un fan de football, sport qu’il a pratiqué au niveau semi-professionnel dans sa jeunesse. Si quelques rares opposants de M. Erdogan appellent l’UEFA à ne pas confier l’organisation de l’Euro-2024 à la Turquie, d’autres voix critiques l’y encouragent au contraire, anticipant des retombées positives.

«Les yeux du monde seraient rivés sur la Turquie», souligne Andrew Gardner, d’Amnesty International, donc le gouvernement «serait obligé de faire des progrès sur la liberté de la presse ou d’expression» avant, pendant et après le tournoi.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les derniers commentaires

commentaires