Ultimate magazine theme for WordPress.

Europe – La Macédoine va voter pour changer de nom

4

Les Macédoniens diront dimanche par référendum s’ils acceptent que leur pays devienne la «République de Macédoine du nord». L’objectif, résoudre leur conflit avec la Grèce et s’ouvrir les portes de l’Otan et de l’Union européenne. Athènes conteste à son petit voisin, qui a déclaré son indépendance de la Yougoslavie en 1991, le droit de s’appeler «Macédoine». La Grèce revendique ce nom pour sa seule province septentrionale autour de Thessalonique, accuse Skopje d’usurper son patrimoine historique et l’a soupçonnée d’ambitions territoriales.

Mais en cas de ratification des deux côtés de la frontière, l’accord conclu en juin par les Premiers ministres Zoran Zaev et Alexis Tsipras devrait entraîner la levée du veto grec à l’intégration à l’Otan et aux négociations d’adhésion à l’UE. La route est longue. Ce référendum est consultatif et un «Oui» devra être validé par le Parlement macédonien à une majorité des deux tiers dont ne dispose pas la coalition au pouvoir, composée des sociaux-démocrates et des partis représentant la minorité albanaise (20 à 25% des 2,1 millions d’habitants).

L’hypothèque de la participation

Une large avance du «Oui» pourrait aider le pouvoir à convaincre une partie d’une opposition de droite divisée de voter la ratification, surtout si la participation n’est pas trop faible comme le redoutent de nombreux observateurs.

«Pour la Macédoine, il n’y a pas d’autre solution qu’une adhésion à l’Otan et à l’UE», exhorte Zoran Zaev qui promet à ses compatriotes «isolement total» et «instabilité» en cas d’échec. De nombreux responsables occidentaux ont appelé à voter «Oui», l’Allemande Angela Merkel, le Français Emmanuel Macron, l’Américain Jim Mattis… C’est sur ce «désir d’Occident» qui, selon lui animerait 80% de ses compatriotes, que table Zoran Zaev. C’est lui l’artisan du déblocage avec Athènes depuis qu’il a évincé du pouvoir au printemps 2017 la droite nationaliste (VMRO-DPMNE).

Question détournée

Interrogé durant la campagne à Kicevo (sud), Sasho Iliosko résume l’état d’esprit de beaucoup de ses compatriotes, «déçus de perdre une partie de leur identité, mais qui voteront quand même oui». La question du référendum n’évoque d’ailleurs pas explicitement le changement de nom: «Êtes-vous pour l’adhésion à l’UE et à l’Otan, en acceptant l’accord» avec la Grèce?

Pour beaucoup s’arrimer à l’ouest est une chance d’extraire du marasme économique ce pays confronté à une émigration massive avec une diaspora qui atteindrait un quart de la population selon les estimations. «Nous n’aurons jamais une meilleure opportunité pour un avenir meilleur en Macédoine», dit Bogdana Zabrcanec venue écouter Zoran Zaev à Prilep (centre).

Si aucun sondage n’est rendu public, beaucoup d’observateurs pensent que l’abstention dépassera les 50%, pour cause de manque d’enthousiasme mais aussi d’absence de nombreux électeurs vivant à l’étranger. «Avec le boycott, nous boycottons l’avenir de nos enfants», a prévenu Petar Bogojevski, secrétaire-général du VMRO-DPMNE. Organisé de 7h à 19h locales, le scrutin se déroulera en présence de 500 observateurs étrangers.

(L’essentiel)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires