Ultimate magazine theme for WordPress.

EXAMENS DE FIN D’ANNEE : Mory Sangaré veut imprimer sa marque

127

De passage hier à Kindia, le ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Mory Sangaré, a donné les couleurs de ce qui pourrait être sa patte dans la gestion des examens de fin d’année. Visitant le centre informatique, il s’est, sur le ton de la fermeté, exprimé sur les règles à observer dans le cadre de  l’organisation desdites évaluations. Reçu dans une ambiance plutôt sobre par les cadres de l’IRE de Kindia, il a également mis à profit la rencontre pour justifier le réaménagement du calendrier des examens nationaux.

En provenance de Mamou où il a présidé le lancement de l’atelier préparatoire des examens nationaux, Mory Sangaré a fait un arrêt à Kindia, pour s’enquérir des réalités de terrain. Il a été conduit au centre de Kéméboréma qui doit abriter l’examen du BEPC, par Ousmane Aïssata 1 Camara, DPE de Kindia. Ensuite, le ministre et les membres de sa délégation se sont rendus à l’inspection régionale de l’éducation de Kindia. Au centre informatique où il y a 13 ordinateurs  pour faciliter le traitement des notes des candidats, le ministre a déclaré : « Aucune DPE ne sera pourvue d’ordinateurs cette année  parce qu’elles en ont reçus pour la session 2017. Aucune IRE n’aura prochainement des ordinateurs parce qu’elles sont pourvues pour cette session 2018 ».

Pour l’ensemble du processus des examens, le ministre prévoit dans sa stratégie le déploiement d’une mission de supervision sur toute l’étendue du territoire. Cette mission, dit-il, aura pour tâche de veiller à la conformité des notes portées sur les copies et celles enregistrées dans les ordinateurs lors de leurs centralisations. «  Aussi, la mission veillera à déceler des notations fantaisistes », a-t-il dit,  avant d’annoncer des sanctions  prévues en fonction des cas et suivant les règlements régissant l’organisation des examens nationaux en  Guinée.


Pour ce qui est du réaménagement du calendrier des examens, Mory Sangaré a apporté des précisions : « l’ouverture c’est le 15 septembre. Après ces examens,  il faut que les enseignants soufflent un peu, il faut faire des évaluations et le renforcement des capacités des enseignants à tous les niveaux ; il faut redéployer les enseignants, il faut organiser les états généraux de l’éducation.  C’est pourquoi  la nécessité s’est imposée de compresser le calendrier initialement défini »

KINDIA, Balla Fakoly, correspondant régional, ledjely.com

Tel : 625 10 88 66

Print Friendly, PDF & Email
commentaires