Ultimate magazine theme for WordPress.

France/Grand Est – Deux écologistes placés en garde à vue à Nancy

96

Les Amis de la Terre et le Mouvement pour une alternative non-violente (MAN) ont dénoncé «une dérive sécuritaire de l’État et la privation du droit constitutionnel à manifester, qui plus est de façon non violente et pour une cause d’intérêt général: la lutte contre les changements climatiques». Le président des Amis de la Terre France, Florent Compain, et Denys Crolotte, membre du MAN, ont été placés en garde à vue, samedi, peu après 15h, à l’issue de la marche pour le climat, au commissariat de Nancy.

Ils ont été relâchés dimanche à 11h. Le parquet a ouvert une enquête préliminaire «notamment pour établir le rôle qu’ont pu jouer les deux mis en cause qui, bien qu’ayant eu connaissance de l’arrêté d’interdiction à compter de vendredi, auraient incité au maintien» de la marche, a indiqué le procureur de la République à Nancy, François Pérain.

Prison et amende?

La préfecture de Meurthe-et-Moselle avait interdit vendredi la manifestation après le refus des organisateurs de la reporter. La préfecture avait sollicité le report «compte tenu des appels à manifester des “gilets jaunes”, de la difficulté pour les pouvoirs publics de gérer plusieurs manifestations en même temps et des risques de heurts entre manifestants», a-t-elle expliqué.

«Comme dans de nombreuses villes de France, un dialogue s’est amorcé avec les “gilets jaunes” sur la nécessité d’articuler justice sociale et lutte contre les changements climatiques» lors de la marche, prévue «depuis plusieurs mois», qui a rassemblé 1 500 personnes, ont précisé les deux associations. «La réalité est qu’aujourd’hui, les citoyens qui se mobilisent pour le climat et des “gilets jaunes” sont en train de créer de nombreux ponts et se rejoignent sur le même constat: pas de justice sociale ou climatique sans une réduction forte des inégalités», ont-elles ajouté.

MM. Compain et Crolotte encourent «six mois d’emprisonnement et 7 500 euros d’amende», a rappelé M. Pérain.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires