Ultimate magazine theme for WordPress.

GOUVERNEMENT/SLECG : retour à la case départ

73

Le brin d’espoir qu’on avait cru entrevoir au sujet de la grève des enseignants n’aura point duré. La partie gouvernementale ne s’étant pas présentée par deux fois au rendez-vous, les négociations qui étaient annoncées n’ont pas pu commencer. Conséquence ? On revient au statu quo et aux positions figées de départ. Dans cette optique, les enseignants prévoient un sit-in qui, à la différence de ceux de la semaine dernière, devrait déboucher sur la commune de Kaloum ce lundi. L’annonce a été faite ce samedi au cours de l’Assemblée générale du SLECG, par Aboubacar Soumah.

Par l’entremise des émissaires dépêchés auprès du SLECG, le gouvernement avait demandé d’arrêter le sit-in de la semaine dernière. Avec la promesse qu’une solution serait trouvée à la crise d’ici à la fin de la semaine qui vient ainsi de s’achever. Sauf que ces engagements n’ont pas été honorés. « Le jeudi, lorsque nous sommes allés à la banque centrale, tardivement, ils nous fait comprendre que le gouvernement était en concertation, et que le gouvernement a donné instruction au ministre du budget de faire des calculs de simulation pour nous faire cette fois-ci une proposition concrète et que le lendemain ils vont nous rendre compte », relate Aboubacar Soumah.

Mais le rendez-vous du vendredi, lui non plus, n’est pas honoré par la partie gouvernementale.  « Nous sommes restés à la banque centrale hier jusqu’à 16 heures, c’est lorsque je rentrais de la ville que le gouverneur de la banque centrale m’a appelé pour me dire que les simulations ont été faites et qu’il a rencontré le président de la République ».  Alpha Condé aurait d’abord demandé Louncény Nabé d’aller voir Kassory Fofana et qu’à deux, ils reviennent le voir avec les résultats de la simulation. Mais le premier ministre serait en Côte d’Ivoire. Bref, la semaine s’est achevée sans que les parties ne puissent discuter d’une quelconque proposition.

Y voyant une sorte de banalisation de la crise par le gouvernement, le secrétaire général du SLECG appelle ses camarades à reprendre les sit-in qu’ils avaient suspendus. Pour cela, il rend public un programme : « lundi à 7 heures à Kaloum. Le Jeudi et le vendredi, ce sera dans vos communes respectives et les DPE et le samedi on se retrouve ici pour l’Assemblée générale ». Face aux éventuels jets de grenades lacrymogènes dont ils pourraient être l’objet de la part des forces de l’ordre, Aboubacar Soumah suggère quelques précautions aux enseignants : « ils vont lancer du gaz sur nous, donc que chacun trouve des feuilles de patate et de gombo ».




A noter qu’Aboubacar Soumah a également fait cas d’incidents survenus à l’issue du sit-in de la semaine dernière. C’est notamment l’incarcération momentanée du secrétaire général préfectoral du SLECG à Kissidougou, Alpha Oumar Barry.

Hawa Bah

Print Friendly, PDF & Email
commentaires