Ultimate magazine theme for WordPress.

Grande-Bretagne – La menace russe «plus grande» que celle de l’EI

49

Le chef de l’armée britannique a mis en garde samedi le Royaume-Uni contre la menace posée par la Russie, «bien plus grande» que celles posées par certains groupes djihadistes comme l’État islamique (EI).

«La Russie aujourd’hui représente indiscutablement une menace bien plus grande pour notre sécurité nationale que les menaces extrémistes islamistes que représentent Al-Qaïda et le groupe État islamique», a déclaré le général Mark Carleton-Smith, chef de l’état-major interarmes, dans un entretien au quotidien The Telegraph. Cette déclaration intervient après une visite en Estonie, où des troupes britanniques sont déployées dans le cadre d’un programme de l’Otan, à quelques 150 kilomètres de la frontières russe.

Intérêts nationaux

«La Russie a montré qu’elle était prête à utiliser la force militaire pour défendre et développer ses propres intérêts nationaux», a-t-il ajouté. «Les Russes cherchent à exploiter la vulnérabilité et la faiblesse partout où ils la détectent». Il a notamment mis en garde sur les risques «non traditionnels» posés par Moscou, mentionnant la cybercriminalité, la guerre sous-marine ou dans l’espace. A l’inverse, il a estimé que la «menace islamiste» avait «diminué avec la destruction» du groupe État islamique.

Mark Carleton-Smith avait mené les opérations britanniques pour tenter de retrouver Oussama Ben Laden après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Il a ensuite dirigé l’armée britannique dans la campagne militaire contre l’EI en Irak et en Syrie.

Le chef de l’état-major a également affirmé qu’il «ne soutiendrait aucune initiative qui diluerait l’efficacité de l’Otan», en référence au projet de création d’une armée européenne, défendu par le président français Emmanuel Macron. «L’Otan représente le centre de gravité de la sécurité européenne», a-t-il souligné, en appelant à «renforcer» ses moyens.

Relations dégradées

Londres a accusé en octobre la Russie d’avoir mené les principales cyberattaques mondiales de ces dernières années, contre le parti démocrate américain, l’agence sportive anti-dopage ou encore l’aéroport d’Odessa, en Ukraine. Le ministère britannique des Affaires étrangères a désigné le renseignement militaire russe (GRU) comme responsables de ces attaques qui ont «coûté des millions de livres aux économies nationales» selon lui.

Les relations entre Londres et le Kremlin s’étaient déjà dégradées plus tôt cette année, suite à la tentative d’empoisonnement en mars à Salisbury, dans le sud de l’Angleterre, d’un ex-agent russe à l’agent innervant Novitchok, imputée par le gouvernement britannique au GRU. Cette affaire avait donné lieu à la plus grande vague d’expulsions croisées de diplomates depuis la guerre froide. En juillet, deux Britanniques avaient à leur tour été victimes d’une contamination au Novitchok. L’un d’eux est décédé quelques semaines plus tard.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires