Ultimate magazine theme for WordPress.

Indonésie – Près de 500 dollars pour voir un dragon de Komodo

19

Les touristes qui veulent voir un dragon de Komodo, la plus grande espèce vivante de lézards au monde, de près et dans son habitat naturel, pourraient le payer très cher. C’est en tout cas le souhait d’un responsable politique indonésien. Le gouverneur de la province des Petites îles de la Sonde orientale, où vit cette espèce en danger au tempérament plutôt agressif et à la bave mortelle, souhaite facturer le privilège 500 dollars par personne. Actuellement, les touristes étrangers doivent acquitter un droit d’entrée de 10 dollars pour visiter le Parc national de Komodo.

Si Viktor Bungtilu Laiskodat obtient gain de cause, seuls les touristes «extraordinaires» pourront rencontrer ces varans qui peuvent mesurer jusqu’à trois mètres pour 70 kilos. Les dragons de Komodo «sont très uniques, mais malheureusement, ils sont bon marché», a regretté cette semaine le gouverneur, dans un discours devant des administrateurs d’université. «Seuls les gens dotés de poches profondes sont autorisés à voir (les dragons). Ceux qui n’ont pas l’argent ne doivent pas se rendre dans le parc car il est destiné spécifiquement aux gens extraordinaires».

Dangereux pour l’homme

Le gouverneur, qui a également proposé que les bateaux de touristes arrivant dans la zone versent un droit d’entrée de 50 000 dollars, a déclaré qu’il s’en ouvrirait au gouvernement central gestionnaire du parc. Les autorités provinciales et fédérales n’ont pour l’heure pas répondu aux sollicitations de l’AFP. Les responsables politiques indonésiens sont relativement coutumiers des annonces qui ne se concrétisent jamais. Comme lorsque le patron de la lutte antidrogue avait proposé en 2015 de construire une prison pour trafiquants ceinte de douves remplies de crocodiles et de piranhas.

Des milliers de touristes se rendent chaque année dans le parc de Komodo, îles de l’est de l’Indonésie qui sont le seul endroit au monde où l’on peut voir les carnivores géants dans leur habitat naturel. Ils peuvent être dangereux pour l’homme mais les attaques mortelles sont rares. Les autorités ont déjà fait part de leur volonté de limiter le nombre de visiteurs, afin de protéger l’écosystème de la région.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires