Ultimate magazine theme for WordPress.

KALOUM : de nouveaux enseignants aux arrêts

91

Entre le gouvernement guinéen et les enseignants du SLECG, le mano à mano se poursuit. D’un côté, on n’entend pas fléchir. De l’autre, on persiste dans la fermeté. Et aux sit-in succèdent d’autres sit-in. Chacun avec son lot d’enseignants arrêtés, aussitôt jugés et condamnés. C’est ainsi qu’aujourd’hui, alors que ceux arrêtés le jeudi dernier ont écopé d’une peine d’emprisonnement de six mois avec sursis, au moins,  5 autres enseignants ont été  interpellés à Kaloum. Ce en marge d’une nouvelle protestation dispersée par les forces de l’ordre.

 Selon Sarr Leno, premier Secrétaire chargé à l’organisation du bureau exécutif du SLECG,  4 enseignants   ont  été arrêtées au carrefour de la mosquée sénégalaise alors qu’ils se rendaient au   tribunal de première instance de Kaloum pour soutenir leurs camarades dont le jugement a eu lieu aujourd’hui. Ensuite, dit-il,  un autre a été arrêté aux environs de 11h 57 minutes  devant le TPI de Kaloum, où des enseignants ont été dispersés par les forces de l’ordre.


 « Nos camarades ne méritent pas d’être arrêtés, puisqu’ils n’ont fait preuve d’aucune violence ; ils n’ont fait qu’exprimer leurs sentiments de frustration aux autorités compétentes qui ont indignement retenu leurs salaires, qui ont indignement gelé leurs salaires. Chose qui est contraire à la loi.»,  déclare Aboubacar Soumah, Secrétaire général du SLECG. Pour lui,  le gouvernement doit cesser d’intimider les enseignants.

Sauf que le gouvernement ne l’entend pas de cette oreille-là.

Balla Yombouno

Print Friendly, PDF & Email
commentaires