Ultimate magazine theme for WordPress.

KALOUM: le sit-in devant la Cour constitutionnelle

14

Comme annoncé, le sit-in convoqué par le Balai citoyen a eu lieu ce matin devant la Cour constitutionnelle. En terme de mobilisation, l’initiative ne rencontre qu’un succès relatif. Mais toutes les couches sociales sont représentées sur place. Scandés par les manifestants, les slogans sont aussi inscrits sur les pancartes brandies par quelques-uns. On peut notamment lire: « Non au coup d’État constitutionnel! A bas les putschistes de la cour constitutionnelle! Ne touche pas à ma constitution« . Au moment où nous quittions les lieux, la protestation se déroulait sans heurts, en présence d’un dispositif sécuritaire déployé au niveau des deux entrées de l’institution.

« Nous disons à tous ces putschistes et à leurs complices, que le chef de l’Etat, son excellence le Pr. Alpha Condé, pour lequel on a beaucoup d’estime et de respect, est à son second et dernier mandat. Le 21 décembre 2020, le balai citoyen travaillera avec tous les partis politiques, les syndicats, les organisations de la société civile, vous les médias, les professions libérales, pour aménager le départ du chef de l’Etat » a déclaré Sekou Koundouno, administrateur du balai citoyen, pour qui, la misère de Kéléfa Sall est décidément en rapport avec les fameux propos qu’il avait tenus lors de l’investiture du président Alpha Condé.

Prenant part à la protestation, Ibrahima Diallo, chargé des opérations des Forces sociales de Guinée (FSG), pour sa part, préconise que l’opposition à la révocation du président de la Cour constitutionnelle puisse s’étendre jusqu’à l’extérieur du pays. Au passage, il rappelle également que « le président de la république est élu pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois. Les députés aussi ont leur mandat. Mais en ce qui concerne le président de la Cour constitutionnelle, il est élu pour une durée de 9 ans. (…) Tant que les neufs ans ne sont pas arrivés à terme, il reste en place et nous allons le défendre« 


Des représentants de partis politiques étaient également de la partie. C’est le cas de Roger Tamba, du Comité national des jeunes de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG). « Ce sont là (la tentative de destitution du président de la Cour constitutionnelle notamment, ndlr) les signes annonciateurs de la manipulation de notre constitution. Donc, je suis là en tant qu’acteur politique, mais aussi en tant que Guinéen, parce que c’est un problème qui interpelle tout le monde« , déclare-t-il.

A noter que le Balai citoyen projette une réunion avec les leaders politiques et sociaux dans la journée.

Hawa Bah

Print Friendly, PDF & Email
commentaires