Ultimate magazine theme for WordPress.

KALOUM : les enseignants dispersés

19

Conformément au mot d’ordre du SLECG, les enseignants grévistes relevant de la commune de Kaloum ont tenu leur sit-in ce lundi 12 novembre 2018, devant la Direction communale de l’éducation (DCE). Mais à peine réunis,  ils ont été dispersés  à coup de gaz lacrymogènes par les forces de l’ordre.

Dès 8 heures, les protestataires ont pris d’assaut les alentours de la DCE, en scandant des slogans hostiles aux autorités en charge du secteur de l’éducation notamment. D’autres encore brandissaient des affiches sur lesquelles on pouvait lire : « Stop au silence coupable. A bas la division ». Expliquant les raisons de cette stratégie par le sit-in, Gbami Adrien, un des chargés de communication du bureau exécutif du SLECG, déclare : «  Nous avons débarqué ici pour manifester notre mécontentement vis-à-vis des autorités  qui nous gèrent ici à Kaloum. Parce Parce qu’ils nous intimident. L’illustration étant la suspension des salaires de certains enseignants. Mais il y a aussi d’autres formes d’intimidations et de menaces que ces enseignants reçoivent en longueur de journée»


Mais comme on le disait, peu de temps après le regroupement, les grévistes ont été dispersés sans ménagement par les forces de l’ordre. Ce que ne comprend pas le porte-parole des enseignants grévistes. « Dès que nous sommes arrivés, nous avons trouvé trois pick-up. Les gendarmes ont été sages avec nous. Mais les policiers et en particulier leur commandant  ont été vraiment violents avec les enseignants de Guinée. Sans aucune forme de négociation, ils ont jeté leur gaz dans le tas », déplore leur porte-parole.

Contraints de se disperser, les enseignants sont revenus ensuite, les bras en l’air. « S’ils sont prêts à nous arrêtes, qu’ils le fassent, car on est fin prêts », auraient-ils déclaré en direction des policiers.

Balla Yombouno

Print Friendly, PDF & Email
commentaires