Ultimate magazine theme for WordPress.

KINDIA : Mamadou Taran Diallo en réconciliateur

86

On en est que trop conscient. Depuis la tenue des élections communales, il y a quasiment un an, se dresse dans la ville de Kindia, une sorte de fossé entre différents camps politiques. Et puisque malheureusement, camps politiques riment très souvent avec communautés ethniques, les divergences en sont venues à affecter des relations quelquefois vieilles de plusieurs dizaines d’années. Conséquence, cette ville, jadis symbole d’hospitalité, de multiculturarité et de coexistence harmonieuse, est désormais enveloppée dans un épais nuage de haine et de suspicions. Toutes choses qui menacent la tranquillité dans la ville et qui, au-delà, fragilisent le tissu social au niveau national. Aussi, prenant la mesure de cette menace et conscient des risques qu’elle fait peser sur la quiétude sociale et la cohésion nationale, le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, y était ce samedi pour prêcher la paix et la réconciliation, au-delà des nécessaires contradictions politiques. Aussi, nous vous proposons ci-dessous le discours intégral de Mamadou Taran Diallo

Je suis parmi vous ce matin samedi, 26 janvier 2019, en tant que Ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale, porteur du Message de son Excellence Monsieur le Président de la République, Pr. Alpha CONDE  que voici : vous priez respectueusement d’agir pour dire non à la haine, à la division, à la violence en faisant place, comme d’habitude et pour toujours, à la paix, la quiétude, la concertation, l’amitié, la fraternité et la réconciliation.

Je suis à Kindia parce que cette préfecture occupe géographiquement, économiquement et historiquement une place importante dans la vie de la nation guinéenne. Mais aussi, parce que cette préfecture porte un autre nom, évocateur, KANIA, qui signifie à la fois ‘’Amitié’’ ou lieu où se lie, où se manifeste l’amitié. Ce nom est à l’origine de l’hospitalité et de l’urbanité qui ont fait de Kindia, ville de Manga KINDI, une mégapole conviviale qui a attiré les originaires de toutes les ethnies et de toutes les régions de la République de Guinée.

La quiétude et le pacifique ‘’vivre-ensemble’’ créent dans cette ville, capitale de la Basse-Guinée, une extraordinaire atmosphère de sérénité et de sûreté qui y ont facilité et permis le rapide essor de l’agriculture diversifiée, du commerce et de l’exploitation minière. KANIA est incontestablement parmi les plus importants pôles de l’émergence économique de notre pays. Quand Kindia frémit, toute la Guinée tremble, quand Kindia s’enrhume, toute la nation tousse. C’est pourquoi, je voudrais placer Kindia, comme bien d’autres préfectures, au sommet de mes projets et plans d’action pour le rayonnement de la citoyenneté et la consolidation de l’unité nationale.

Récemment, les élections communales ont engendré des troubles sociaux qui menacent la tranquillité et les relations d’amitié et de solidarité qui ont construit la trame qui tisse et relie entre eux les fils de raffermissement de l’attachement des Kaniyaka à leur contrée d’origine. Les dissensions politiques, résultant des élections communales, sont entrain de scléroser la concorde et d’altérer l’harmonie qui ont fait la beauté de Kindia et l’engouement de ses fils pour sa vitalité sociale, économique, culturelle et sportive.

Les élections divisent parce que, au lieu d’être un outil citoyen de choix des dirigeants par la consultation et la concertation, elles sont, parfois et dans certains endroits, des moyens de confrontation et de violence quand la loi et les accords politiques ne sont pas respectés ou appliqués. Cet état de fait dommageable tue la compétition politique, claustre la démocratie participative et ruine tout espoir de voir surgir un édifice démocratique source d’unité et de citoyenneté véritable. Ce faisant, la discorde projette l’expression politique dans la rue où l’on jette la jeunesse en pâture à la violence et à l’irresponsabilité. Hormis ces turbulences électorales, les guinéens vivent paisiblement ensemble sous les symboles de notre Etat et de notre Nation : le drapeau rouge, jaune, vert et la devise travail, justice, solidarité.

Je viens dire aux sages, aux femmes, aux jeunes, à tous les fils de Kindia de refuser que la division réductrice dissuade le respect d’une culture de la diversité, prive la République de citoyens chevronnés, de programmes de société précellents et compromette l’amélioration concrète de la vie de la majorité de la population.

Citoyennes et citoyens de Kindia, je suis venu entamer avec vous un dialogue permanent pour qu’ensemble nous observions attentivement le fait que les conflits politiques ininterrompus imposent à tout pays où ils se déclenchent et perdurent d’immenses coûts directement mesurables : rareté des d’investissements, détérioration des échanges locaux, régionaux et internationaux, chômage aigu, criminalité accrue, absence de projets réducteurs de pauvreté, exode massif vidant le pays de sa substance juvénile et des financements pour le développement. Toutes choses  que tout kindianais et tout guinéen ne pense à plus forte raison ne souhaite pour sa cité ou sa chère Guinée.

Kindia, je viens vous dire que lorsque la rivalité politique est placée au-dessus de tout, la cohésion sociale s’effondre, l’économie pâtit d’un climat des affaires peu attractif, le financement de la croissance s’essouffle et dresse un obstacle insurmontable au développement du secteur privé. Les dissensions politiques enfantent une espèce de faillite qui menace l’unité nationale. C’est pourquoi je suis ici aujourd’hui pour en appeler à la nécessité d’une vision commune permettant de regarder en face les revendications de la population en termes de quiétude, de sécurité et de développement.

Je voudrais rappeler que l’Etat assurant et garantissant la protection des hommes et des biens, ce sont les citoyens qui doivent chercher à traduire leurs objectifs économiques, sociaux, culturels en actions concrètes. Je pense que les hommes et les femmes de Kindia et de toutes les préfectures de la Guinée doivent ambitionner de transformer leurs localités dotées d’un sous-sol gorgé d’immenses gisements, d’un sol débordant de ressources agricoles, hydrographiques, d’un capital humain croissant à fort potentiel de jeunes et d’une situation géographiques privilégiée par un climat tropical généreux.

J’ajoute qu’il serait vain de penser à la modernisation de notre pays quand nous ne pouvons être capables de moderniser nos idées, les images, les symboles et concepts de notre belle nation. Il est tout simplement vain d’aspirer à la reconstruction si nous ne pouvons pas nous préparer à construire la conscience nationale et les valeurs humaines qui fondent une véritable nation. Nous ne pouvons nous engager à entreprendre la mise en valeur de nos ressources et potentialités quand nous sommes incapables d’entretenir et amplifier la solidarité active qui offre à tous et à chacun les mêmes opportunités et chances

 Je suis venu, en tant que chargé de la citoyenneté et de l’unité nationale par le Président de la République, Pr Alpha Condé qui a créé, dédié et engagé ce département pour que partout en Guinée, on construire un espace de dialogue ouvert, honnête et fructueux entre et au sein des populations et de leurs diverses organisations faitières. Que sur la base de l’écoute, du respect , de la tolérance, du pardon, du consensus et de la considération de chacun et de tous, selon la place, le rang et le grade, particulièrement des sages et des religieux comme nous le dictent nos strictes et judicieuses traditions et éducations on crée un cadre amélioré de débats citoyens afin de concevoir un règlement efficace des conflits pour parvenir à une société plus humaine, juste, solidaire et moderne susceptible d’établir les fondements de l’Unité, la Paix sociale, la Stabilité et la Démocratie sur tout le territoire national.

Kindia, ville des agrumes doit être aussi la pépinière de ce havre de quiétude, de stabilité et comme toujours le miroir envié du vivre ensemble : c’est possible ici et dès maintenant en comptant sur la compréhension de la jeunesse, la clairvoyance, la responsabilité de la classe politique, le soutien indispensable et les bénédictions des respectés sages et religieux.

Dans ce sens, je veux saluer et féliciter vivement le Ministre d’Etat Oyé Guilavogui, le Ministre Cheik Taliby Sylla et tous ceux qui connus ou anonymes s’investissent constamment dans le retour et la pérennisation de la paix à Kindia et les exhorter à poursuivre inlassablement leurs efforts sur cette seule et unique voie porteur d’un avenir radieux de Kindia.

Kindianaises, Kindianais, je sais compter absolument sur vous  pour que vous soyez, sans nul doute, à la hauteur des vœux ardents des guinéens et des attentes fortes que le Président de la République, le Pr Alpha Condé place en vous à savoir : vous devez être des citoyens acteurs et vecteurs de la paix et du développement de Kindia et de la Guinée.

Vive Kindia ;

Vive le Pr Alpha Condé ;

Je vous remercie de votre bienveillante attention.

commentaires