Ultimate magazine theme for WordPress.

L’Agence française de développement s’adapte à la donne chinois

164

A l’heure où la Chine met sur la table 60 milliards de dollars pour l’Afrique, dont quinze milliards d’aide gratuite et de prêts sans intérêts, Paris renforce sa coopération bilatérale et muscle l’Agence française de développement. Plus de dons et moins de prêts. Plus d’instruments de financement et surtout, une volonté d’être plus visible.

Les Chinois ne transforment pas seulement l’Afrique, ils transforment aussi la coopération française. En annonçant un milliard d’euros de dons supplémentaires pour 2019, le gouvernement veut redonner à l’Agence française de développement, une marge de manœuvre et une crédibilité, érodées ces dernières années. Outre cette enveloppe de dons, L’AFD gère déjà 11 milliards d’euros de projets de coopération dans le monde, et vient de se doter d’un outil moderne, un Fonds d’Investissement commun avec la Caisse des Dépôts. Rémy Rioux, directeur général de l’AFD.

« Je vous rappelle qu’on a signé et créé un fonds d’investissement qui s’appelle le fond Stoa qui est doté de 600 millions d’euros d’Équity, de fonds propres. Donc la capacité de générer des financements de projets pour dix fois plus, peut-être sept ou huit milliards d’euros. Et ça c’est l’instrument dont nous avions besoin pour revenir dans les grands deals d’infrastructures où les Chinois sont nombreux dans les pays du Sud. »

Mais les Chinois ont désormais une longueur d’avance, car ils prêtent beaucoup, sans y mettre de condition politique. Paris qui a toujours navigué entre interventionnisme et clientélisme va conserver cette politique des yeux mis clos, notamment avec les présidents amis. Aucun pays ne sera mis à l’index. C’est du moins ce que l’on peut comprendre en écoutant le ministre des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian.

« Quand les projets répondent aux critères, on les finance. On ne va pas, en plus, pénaliser les populations de tel ou tel pays. C’est sur les projets, sous réserve que la gouvernance des projets soit une gouvernance qui corresponde à nos propres engagements et à nos propres valeurs, la gouvernance des projets. »

Est-ce que cela suffira à apparaître comme un partenaire crédible aux yeux des dirigeants africains, séduits par la puissance financière chinoise ? L’un des axes de réponse est justement de travailler avec les Chinois.

Rémy Rioux : « On a, à dire vrai, une question chinoise, nous acteurs de la politique de développement pas seulement en France, en Europe, dans le monde. Les Chinois rentrent dans le jeu collectif. Le président l’a dit dernièrement. Ils défendent le multilatéralisme sur les questions commerciales, sur les questions climatiques, sur les questions de biodiversité. On n’a pas encore tout à fait réussi à trouver, nous, comment faire des projets ensemble et ça c’est une direction stratégique très importante que j’assigne à notre maison, il faut que l’on soit plus partenariaux. »

En Afrique, séduire les partenaires revient donc désormais aussi à séduire la Chine.

commentaires