Ultimate magazine theme for WordPress.

Littérature : Fouad Laroui, vers l’infini et au-delà

13

Romancier prolifique, notre collaborateur Fouad Laroui est aussi un fou de mathématiques. Dans son dernier ouvrage, il s’attache à nous faire partager cette passion à travers un récit particulièrement vivant.


Problème : soit Fouad Laroui, auteur de romans multiprimés, dont Une année chez les Français, Les Tribulations du dernier Sijilmassi, L’Insoumise de la porte de Flandre… Soit le même Fouad Laroui, essayiste, poète, nouvelliste récompensé en 2013 par le prix Goncourt de la nouvelle avec L’Étrange Affaire du pantalon de Dassoukine. Admettons que son dernier livre s’appelle Dieu, les mathématiques, la folie, que pouvons-nous en conclure sur l’écrivain maroco-néerlandais ?

Fous géniaux

Les 270 pages de cet essai passionnant démontrent une nouvelle fois les talents multiples de l’auteur de chroniques qui réjouissent les lecteurs de Jeune Afrique depuis des années. À la fois romancier quand il raconte avec esprit les parcours des grands mathématiciens, didacticien quand il décortique les grands théorèmes, philosophe quand il aborde les questions de la foi et de Dieu, poète quand il met à l’honneur l’imagination des fous géniaux, Fouad Laroui ferait presque oublier qu’il est aussi ingénieur des Ponts et Chaussées, tant son livre est à l’opposé du caractère abscons que l’on prête aux mathématiques : il se dévore comme ses romans.

Comment Fouad Laroui s’y prend-il pour rendre les mathématiques accessibles, pour les initiés comme pour les non-initiés ? En les incarnant : « Je dirais que, dans toutes les disciplines, il faut passer par le visage (quand on l’a) et la biographie de ceux et celles qui les ont faites. Cela les rend vivantes, et on comprend mieux leur évolution. Même des anecdotes qui semblent triviales peuvent être révélatrices à cet égard. »

Selon Galilée, la vie est une « errance vaine dans un labyrinthe obscur » quand on ne comprend pas le langage mathématique

commentaires