Ultimate magazine theme for WordPress.

«Loi Love» à Washington – L’amour est plus fort que le «shutdown»

53

La maire de Washington, Muriel Bowser, a signé vendredi une mesure d’urgence autorisant les fonctionnaires de la capitale à régulariser les unions à la place du bureau des mariages, fermé depuis le 22 décembre faute de financement par l’État fédéral.

Le bureau des mariages fait partie du tribunal du District de Columbia mais son budget vient du gouvernement et les agents de ce service, considérés comme «non essentiels», ont été mis en congé sans solde.

«Ils peuvent fermer le gouvernement américain, mais ils ne peuvent pas éteindre l’amour dans le District de Columbia», avait affirmé cette semaine le conseiller municipal Brandon Todd en présentant le texte.

Acronyme bien choisi

Cette loi, à l’acronyme bien choisi «LOVE» («Amour», en anglais) est valable pour 90 jours et évite aux futurs mariés comme Claire O’Rourke de se retrouver dans une situation kafkaïenne.

Cette jeune résidente de Washington devait épouser ce samedi son fiancé, Sam Bockenhauer. «Nous ne pouvions pas signer tous les certificats légaux pendant le shutdown sans avoir un certificat de mariage, donc nous allions avoir une fête merveilleuse, bien sûr, mais nous ne pouvions pas être légalement mariés à Washington avant d’avoir notre certificat», explique-t-elle à l’AFP. Ce certificat est notamment nécessaire pour remplir une déclaration d’impôt.

Certains tourtereaux, comme Dan Pollock et Danielle Geanacopoulos, n’ont pas pu attendre pour se marier par manque de temps. Le couple s’est présenté au bureau des mariages le 27 décembre, découvrant qu’il était fermé, seulement deux jours avant la cérémonie prévue.

«Beaucoup de chaos»

«En réalisant que nous ne pourrions pas obtenir de certificat, nous étions à court de temps alors que la famille et les amis allaient nous rejoindre à Washington, alors nous nous sommes concentrés sur ce qui était vraiment important: la fête. Le reste pouvait attendre», raconte Danielle.

La mère de la mariée, Daphne, se dit «enchantée». «Nous avons eu une belle et grande fête de mariage il y a deux semaines, et c’est merveilleux qu’il soit désormais officiel», explique-t-elle tout sourire.

Pour Caitlin Walters, qui doit épouser Kirk Kasa le 2 février sur le campus de l’Université catholique de Washington, le «shutdown» ne restera que comme «un petit ralentissement sur notre route».

«Évidemment, nous étions au courant du shutdown mais nous ne savions pas que cela affecterait directement notre capacité à nous marier légalement à Washington», dit cette résidente de New York, qui voulait absolument organiser la cérémonie dans la capitale.

«Il y a beaucoup de chaos»

Plus largement, l’impasse budgétaire pénalise tout le secteur du mariage, explique Rachel Rice, organisatrice de mariages qui a dû récemment relocaliser une cérémonie à la dernière minute en Virginie. «Il y a beaucoup de chaos, d’incertitudes pour mes clients», dit-elle. «Même si les administrations rouvraient le mois prochain, les gens pourraient dire je ne peux pas attendre pour réserver la salle, le traiteur, le photographe».

Les employés fédéraux mis en congé et qui n’ont pas reçu leur salaire censé être versé vendredi pourraient également réduire leur budget, ajoute-t-elle.

Le «shutdown» a aussi gâché une partie du programme nuptial de Claire O’Rourke. La Galerie nationale des portraits, où elle voulait faire la photo officielle de son mariage, est fermée comme la plupart des musées de l’institution Smithsonian dans la capitale.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires