Ultimate magazine theme for WordPress.

Loterie aux États-Unis – Le jackpot en jouant ses numéros depuis 25 ans

108

Depuis 25 ans qu’il joue les mêmes numéros, Robert Bailey, 67 ans, n’avait jamais gagné plus que 30 000 dollars au Powerball, une loterie américaine, dont la probabilité de remporter le gros lot est de 1 chance sur 292 millions. Mais la chance a finalement décidé de frapper à la porte de cet ancien employé de l’administration fédérale américaine. Le 27 octobre dernier, en jouant ses numéros fétiches 8, 12, 13, 19, 27 et la powerball 4, le retraité a remporté l’un des deux billets gagnants du jackpot de 688 millions de dollars qui était en jeu, soit un gain avant impôt de 343 878 195 dollars américains.



InfoboxElle gagne le jour de son déménagement

Une femme de 51 ans a remporté l’autre moitié du Powerball. Lerynne West a acheté son billet dans la petite ville de Redfield (Iowa) tout en prenant une pizza et un café avec sa sœur après avoir déménagé dans sa nouvelle maison, rapporte CNN.

La gagnante a eu beaucoup de chance. Elle pensait en effet avoir mis son ticket dans son sac à main, mais l’avait laissé accidentellement sur le plancher du camion de sa sœur qui avait servi au déménagement, et cela pendant plusieurs jours.

Après avoir appris que le billet gagnant venait de sa ville, la quinquagénaire a fouillé son sac sans succès. Fort heureusement, sa sœur a retrouvé le précieux sésame avant de lui envoyer une photo pour vérifier les numéros.

Comme Robert Bailey, Lerynne West a opté pour le capital.


«Un membre de ma famille m’a donné les chiffres il y a plus de 25 ans et je les joue fidèlement», raconte Robert Bailey lors de sa présentation à la presse mercredi. Car à New York, les gagnants n’ont pas la possibilité de rester anonyme et doivent participer à une conférence de presse.

«Cela ressemble à mes chiffres»

Le nouveau millionnaire explique avoir acheté son billet dans une épicerie du quartier new-yorkais d’Harlem lorsqu’il se rendait chez un ami. Surpris par une pluie soudaine, il s’est réfugié dans l’échoppe, où il en a profité pour acheter son ticket gagnant, alors que, habituellement, il s’en procure dans plusieurs magasins différents.

De retour chez lui, Robert Bailey se rappelle: «Je regardais un match de football américain. Un peu plus tard, j’ai vérifié mes numéros en ligne. Quand j’ai vu le 8 et le 12, j’ai été choqué. Je me suis dit: “cela ressemble à mes chiffres”. J’ai essayé de rester calme, j’ai regardé quelques émissions, mais je n’ai pas réussi à dormir de la nuit. Le lendemain, j’ai regardé combien de personnes avaient gagné, j’ai remarqué que nous n’étions que deux».

Le retraité a finalement attendu quelques jours avant de réclamer son gain, le temps de «consulter un avocat et un conseiller financier pour obtenir des conseils», précise-t-il.

«Je continuerai à jouer mes numéros, jusqu’à la fin»

Aux États-Unis, les vainqueurs de gains faramineux ont deux possibilités: empocher la somme sous forme de capital après déduction des impôts, ou recevoir le gain total brut en 30 versements annuels.

Robert Bailey a fait le choix du capital. Il recevra donc un chèque de 125 396 690 dollars. Une somme qu’il entend utiliser pour voyager à Las Vegas et dans les Caraïbes, mais aussi acheter une maison pour sa mère et investir afin de prendre soin de la prochaine génération de sa famille. Quant à savoir s’il jouera encore au loto? «Je continuerai à jouer mes numéros, jusqu’à la fin», a-t-il déclaré.

(L’essentiel/jfe)

commentaires