Ultimate magazine theme for WordPress.

[Made in Afrique] Et si l’Impact Sourcing devenait obligatoire dans la responsabilité sociétale des entreprises ?

16

L’Afrique sera le continent le plus peuplé d’ici 2025, dépassant largement la Chine. Une personne sur deux qui sortira d’université ne trouvera pas de travail.
La formation au métier de demain et du digital serait une nécessité, ainsi que de faire travailler les ressortissants africains de leur pays d’origines pour éviter certains flux migratoires.
L’Impact Sourcing serait peut-être une solution ? Cette formule consiste à utiliser l’emploi pour promouvoir l’intégration des personnes de pays désavantagés.

Qu’est-ce que Impact Sourcing exactement?

L’Impact Sourcing c’est l’externalisation socialement responsable qui permet de déléguer des micro-tâches ou de créer des emplois localement. La digitalisation de ses emplois représente une aubaine pour ces pays qui à leur tour se forment au métier de demain. L’objectif étant que les entreprises externalisent certaines de leurs activités numériques: l’externalisation des technologies de l’information (ITO) ou l’externalisation des processus métier (BPO), tout en valorisant une charte de responsabilité sociale d’entreprise.

Les avantages de l’Impact Sourcing:

• De nombreuses personnes en Afrique ont pu à ce jour obtenir une éducation et un emploi grâce à l’Impact Sourcing.

• Empowerment: une capacité d’accomplissement évidente et continue chez les employés.

• Avancement social et communautaire: il a été démontré que tout emploi stable offert à une personne dans une situation précaire a une influence positive sur les membres de sa communauté.

• Cela contribue également à réduire l’écart numérique, pour les personnes éloignées et non averties sur les technologies actuelles.

• Les personnes employées deviennent plus compétents face aux outils numériques et arrive à participer au progrès.

Prenons le cas de ces deux startups ci-dessous :
Isahit, une start-up française et membre de la Global Impact Sourcing Coalition (GISC), a récemment fait son entrée sur le marché Impact Sourcing et l’externalisation en Afrique en travaillant avec des personnes en situation difficiles, principalement des femmes vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Talenteum.Africa , est une startup Mauricienne qui investit dans le capital humain en Afrique en le faisant intervenir à distance pour des entreprises européennes. Ces personnes sont sélectionnées sur toute l’Afrique, puis proposées à des entreprises basées en Europe. Certains profils reçoivent une formation métier en sus de leur formation universités reçu localement. L’Afrique regorge de talents et de personnes qui veulent réussir, il faut juste leur donner les moyens de réussir.


En adoptant l’impact sourcing et en collaborant avec des personnes basées en Afrique et leur offrant un salaire local, les entreprises agissent de manière responsable tout en restant amplement compétitives. Ce type de démarche vaut à ce jour 20 milliards de dollars avec une croissance annuelle de 25%. C’est un marché en croissance et ce de manière beaucoup plus rapide que les méthodes d’externalisation habituelles. Les tâches digitales représentent actuellement 20% de ce marché et gagneront du terrain, soit, 80% des parts de marché d’ici quelques années seulement.

De plus, l’Impact Sourcing permet également aux entreprises de stabiliser les coûts de la main-d’œuvre. « L’objectif n’est pas de payer des salaires inférieurs à ceux des employés traditionnels, mais de contrer le fait que les viviers de talents se raréfient et il y a aussi la hausse des salaires dans les pays européens par exemple. Développer ce vivier de talents dans les pays africains permet d’assurer un bon équilibre.

Parmi les priorités une approche de label serait intéressante à mettre en place afin d’améliorer la visibilité en matière d’Impact Sourcing et de développer la régularisation de cette démarche.

Le correspondant :

nicolas

Nicolas Goldstein est un entrepreneur français dans le domaine des nouvelles technologies de l’information depuis les années 2000. En 2003, il a créé le portail Offshore Développement, leader en France dans l’externalisation des services. En 2009, il a fondé la société de production Story Board Animation, ayant comme partenaire industriel la société DQ Entertainment. Fin 2015, il a décidé de créer le MSI (Mauritius Start-up Incubator), celui-ci se distingue par son rôle de guichet unique pour s’implanter sur l’Ile Maurice, travailler avec des sous-traitants et collaborer avec des start-ups mauriciennes.

commentaires