Ultimate magazine theme for WordPress.

Manifestations en France – «Gilets jaunes»: un mort et 106 blessés en France

5

Une manifestante est décédée samedi matin en Savoie après avoir été heurtée par une voiture lors d’un barrage organisé par les «gilets jaunes» et 106 personnes ont été blessées, dont cinq gravement, au cours d’autres incidents, a indiqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Le ministre a également annoncé que 244 000 personnes avaient participé à 2 000 rassemblements recensés dans tout le pays, au cours desquels 52 personnes ont été interpellées dont 38 placées en garde à vue.

Au Pont-de-Beauvoisin (Savoie), une conductrice qui emmenait sa fille chez le médecin a été prise de panique quand les manifestants se sont mis à taper sur sa voiture. Elle a alors foncé sur eux, percutant une femme, a précisé le ministre. La manifestante tuée était âgée de 63 ans. En état de choc, la conductrice a été placée en garde à vue. À Quimper, deux policiers ont été blessés après avoir été volontairement heurtés par un véhicule qui prenait part à la manifestation. L’un des deux a dû être hospitalisé, a indiqué la préfecture.

Gaz lacrymogènes et pistolet d’alarme

Dans le Pas-de-Calais, à Arras, un manifestant de 71 ans a été percuté par un automobiliste qui a tenté de forcer un barrage au niveau d’un rond-point à l’entrée de la ville. Il a été hospitalisé dans un état grave mais son pronostic vital n’est pas engagé. À Hazebrouck (Nord), aux alentours de 8h30, un conducteur «a été bloqué par des manifestants. Il s’est impatienté et a forcé le passage en montant sur le trottoir», a indiqué à l’AFP la préfecture du Nord, confirmant une information de La Voix du Nord. Deux manifestants ont été légèrement blessés et transportés vers le CHR d’Hazebrouck. Le conducteur a été interpellé et conduit au commissariat.

Une manifestante a par ailleurs été renversée et«légèrement blessée» par un automobiliste en colère dans la commune de Capendu (Aude), entre Carcassonne et Narbonne, a indiqué à l’AFP la préfecture, ajoutant que l’automobiliste avait été interpellé. À Biganos sur le bassin d’Arcachon (Gironde), la personne la plus sérieusement blessée, un «gilet jaune», a été percutée par une voiture au niveau du bassin et évacuée. À Grasse, dans les Alpes-Maritimes, un automobiliste a «tenté de forcer un barrage» sur un rond-point, renversant un policier qui a été «légèrement blessé».

À La Réunion, un automobiliste a tiré en l’air avec un pistolet d’alarme, provoquant un «moment de panique». L’homme «a été identifié et est actuellement recherché», a indiqué le ministre de l’Intérieur à Paris. En Haute-Savoie, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des «gilets jaunes» qui bloquaient l’accès au viaduc des Egratz à Passy, a indiqué la préfecture. À Troyes (Aube), environ 200 manifestants se sont introduits vers 16h15 dans la cour et le hall de la préfecture «dans l’intention très claire d’en dégrader les locaux», selon un communiqué de la préfecture. Ils ont été refoulés par les forces de l’ordre.

Certaines scène ont été filmées comme à Grasse, ou encore à Toulouse.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires