Ultimate magazine theme for WordPress.

Meurtre d’Anna Politkovskaïa – La Russie condamnée pour manquements

22

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a condamné mardi la Russie pour ne pas avoir «mis en œuvre les mesures d’enquête appropriées pour identifier le ou les commanditaires du meurtre» de la journaliste russe Anna Politkovskaïa, en 2006. «L’État (russe) a manqué aux obligations relatives à l’effectivité et à la durée de l’enquête qui lui incombaient en vertu de la Convention européenne des droits de l’homme», a souligné la CEDH dans un communiqué.

Par 5 voix contre 2, celles des juges russe et slovaque, la CEDH a estimé qu’il y avait eu «violation de l’article 2 de la Convention» sur le «droit à la vie». Saisie par la famille de la victime, la Cour «souligne que l’enquête a abouti à des résultats tangibles puisque cinq hommes ont été reconnus directement coupables du meurtre», mais elle relève que «dans un homicide de ce type, on ne peut toutefois pas considérer que l’enquête a été appropriée si aucun effort n’a été fait pour identifier le commanditaire du meurtre».

Critiques envers Poutine

«Les autorités ont élaboré une théorie quant à l’instigateur de l’homicide, orientant leur enquête sur un homme d’affaires russe qui résidait à Londres, désormais décédé, mais elles n’ont pas précisé les moyens mis en œuvre pour suivre cette piste», poursuit la CEDH. Selon la Cour, «elles auraient également dû étudier d’autres hypothèses, dont celles suggérées par les requérants, qui alléguaient que des agents du FSB, les services secrets russes, ou de l’administration de la République tchétchène, étaient impliqués dans l’assassinat».

«Journaliste d’investigation connue, Anna Politkovskaïa avait notamment enquêté sur des allégations de violations des droits de l’homme commises en Tchétchénie pendant la deuxième campagne menée dans la région contre les rebelles, et elle avait à plusieurs reprises critiqué la politique du président (russe) Vladimir Poutine», rappelle la Cour. Non définitif, l’arrêt rendu mardi peut faire l’objet d’un appel, dans un délai de trois mois.

En juin 2017, Lom-Ali Gaïtoukaïev, reconnu coupable d’avoir organisé en octobre 2006 l’assassinat de la journaliste, était décédé en prison, où il purgeait une peine de détention à perpétuité. D’origine tchétchène, il était l’oncle de Roustam Makhmoudov, qui a été reconnu coupable d’avoir abattu la journaliste, âgée de 48 ans, à l’entrée de son immeuble. Il avait été également condamné à la perpétuité et purge sa peine.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires