Ultimate magazine theme for WordPress.

Mexique – Des «mariachis» ouvrent le feu en pleine rue

20

Des hommes habillés en mariachis ont ouvert le feu vendredi soir sur une place du centre de Mexico fréquentée par les amateurs de musique et les touristes, faisant quatre morts et neuf blessés, dont un ressortissant étranger, selon les autorités. «Quatre personnes sont décédées, dont une femme. Et neuf blessés, dont une femme (mexicaine) et un homme d’origine étrangère», selon le communiqué du parquet de la capitale. Le précédent bilan faisait état de 3 morts et sept blessés.

L’attaque a été menée sur la place Garibaldi, dans le centre de Mexico, par cinq personnes vêtues comme des mariachis peu avant 22h (5h du matin samedi au Luxembourg). «Elles ont pris la fuite sur trois motos par les rues adjacentes à la place», précise le texte. Selon les premiers éléments de l’enquête, deux des personnes décédées, des hommes de 36 et 46 ans, étaient connus des services de police pour vol et trafic de drogue, selon le ministère public. Le parquet n’a pas donné plus de précisions sur l’identité des victimes.

Place évacuée

Les assaillants, qui ont utilisé des «armes légères et de petit calibre», visaient un groupe en particulier, selon la police. Quelque 60 douilles percutées ont été retrouvées au sol. De nombreuses personnes se trouvaient sur cette place aux nombreux bars et où se produisent habituellement des formations de mariachis. Le lieu était particulièrement fréquenté alors que le Mexique commémore son indépendance les 15 et 16 septembre.

La police a fait évacuer la place ainsi que les nombreux établissements qui s’y trouvent, l’attaque étant passée relativement inaperçue, selon les images retransmises par les télévisions locales. Le mobile de cette attaque au coeur de la capitale mexicaine, généralement épargnée par les règlements de comptes entre groupes criminels qui gangrènent le pays, n’était pas connu dans l’immédiat. La Plaza Garibaldi est située à proximité du quartier de Tepito, où est basé le plus important groupe criminel de la capitale, l’Union Tepito, dont le chef a été arrêté en août.

(L’essentiel/afp)

commentaires