Ultimate magazine theme for WordPress.

MH17 abattu en Ukraine – «Le déni de la Russie, frustrant pour les proches»

6

Les proches de 65 Néerlandais morts dans l’explosion de l’avion du vol MH17 abattu au-dessus de l’Ukraine par un missile en 2014 ont introduit un recours contre la Russie vendredi devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), a annoncé leur avocat. «Les familles des victimes souffrent du comportement de la Russie qui nie toujours toute implication dans le crash, refuse de coopérer dans l’enquête et sème de la désinformation», a déclaré l’avocat des familles, Veeru Mewa.

«Les proches de 65 victimes – 95 personnes au total ont été tuées – ont déposé aujourd’hui (vendredi) un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme», a-t-il ajouté auprès de l’AFP. Les Pays-Bas et l’Australie, dont de nombreux ressortissants figuraient parmi les passagers morts dans cette catastrophe aérienne, ont ouvertement accusé en mai Moscou.

La Russie dément

Ces allégations, qui ont reçu le soutien de l’Otan, de l’Union européenne et des Etats-Unis, intervenaient au lendemain de l’annonce des conclusions intermédiaires des enquêteurs internationaux (JIT), qui ont établi que le missile Bouk qui a abattu l’avion provenait de la 53e brigade antiaérienne russe basée à Koursk. La Russie a toujours nié toute implication.

Le Boeing de la Malaysia Airlines, parti d’Amsterdam pour Kuala Lumpur, avait été fauché en plein vol au-dessus de l’Est séparatiste prorusse de l’Ukraine le 17 juillet 2014. Les 283 passagers, dont 196 Néerlandais, et les 15 membres de l’équipage à son bord ont alors péri. «Le déni de la Russie est extrêmement frustrant pour les proches, ils ne savent toujours pas ce qu’il s’est passé et ont besoin de cette reconnaissance du rôle de la Russie dans le cadre de leur deuil», a expliqué Veeru Mewa.

Demande de reconnaissance

Les proches des victimes demandent à ce que la CEDH «reconnaisse la responsabilité» de Moscou dans la catastrophe et «montre du doigt son refus de coopérer dans l’enquête», a précisé Me Mewa.

Une procédure enclenchée contre la Russie et son président Vladimir Poutine par des proches de victimes australiennes, néo-zélandaises et malaisiennes est déjà en cours devant la CEDH. «Ce sont de longues procédures. Si la Cour se déclare compétente, une décision peut prendre cinq ou six ans», a souligné Me Mewa.

(L’essentiel/nxp/ats)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires