Ultimate magazine theme for WordPress.

Nigeria : la banque centrale annonce vouloir régler son différend avec MTN

19

La Banque centrale du Nigeria accusait fin août le géant des télécoms sud-africain d’avoir illégalement fait sortir du pays 8,13 milliards de dollars. Godwin Emefiele, le gouverneur de l’institution, semble avoir adopté une position plus modérée vis-à-vis de MTN, assurant aux parties prenantes que le différend sera « résolu ».


S’adressant à des journalistes à Abuja à l’issue d’une réunion du Comité de politique monétaire le 26 septembre, le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN), Godwin Emefiele, a déclaré : « Nous allons résoudre le problème ». « Tout le monde sera heureux », a indiqué Emefiele, cité par Bloomberg News.

En août, l’institution avait semé la panique au sein de MTN et inquiété les investisseurs étrangers en ordonnant au géant des télécoms de rapatrier 8,13 milliards de dollars (6,96 milliards d’euros) au Nigeria qui auraient été transférés illégalement vers l’Afrique du Sud.

La CBN avait également infligé de lourdes sanctions aux quatre banques accusées d’avoir « violé de manière flagrante » les règles de transfert et de change, les obligeant à payer une amende cumulée de 5,87 milliards de nairas (14 millions d’euros).

Un redressement fiscal à 2 milliards de dollars

Quelques jours plus tard, le procureur général avait annoncé que la plus grande firme de télécommunications en Afrique, qui réalise des profits records au Nigeria, devait encore 2 milliards de dollars d’impôts non payés sur les dix dernières années.

Avec une reprise fragile après la grave récession de 2016 et des élections générales dans six mois qui s’annoncent incertaines, de nombreux acteurs du secteur privé au Nigeria estiment que cette décision ne favorise pas la confiance des investisseurs, déjà très frileux.

Ce n’est pas la première fois que MTN est sanctionnée par les autorités nigérianes. En 2015, le régulateur nigérian des télécommunications a condamné MTN à une amende de 5,2 milliards de dollars pour ne pas avoir déconnecté les cartes SIM non enregistrées de son réseau. L’amende a ensuite été ramenée à 1,7 milliard de dollars, après négociation avec le gouvernement nigérian.

commentaires