Ultimate magazine theme for WordPress.

Nouvelles armes – Des cyberattaques lancées par les États

10

Désignées par le terme «rançongiciel» (contraction de rançon et logiciel, «ransomware» en anglais), ces attaques consistent à s’emparer des données d’un utilisateur via des logiciels malveillants avant d’exiger une rançon en échange de leur déblocage. En 2017, des logiciels tels que WannaCry ou NotPetya avaient contaminé plusieurs centaines de milliers d’ordinateurs dans le monde, causant des pertes économiques importantes. «En plus des attaques menées par des criminels pour des motivations financières, les cyberattaques mondiales sont selon de nombreux rapports publics, de plus en plus attribuées aux actions des États-nations», affirme Europol, dont le siège se situe à La Haye, dans son dernier rapport annuel sur la cybercriminalité.

Le 6 septembre, les États-Unis ont annoncé l’inculpation d’un programmateur informatique nord-coréen, accusé d’avoir mené pour le compte du régime de Pyongyang certaines des plus importantes cyberattaques des dernières années – dont le piratage du studio de cinéma Sony en 2014, l’attaque contre la Banque centrale du Bangladesh en 2016 et l’attaque au «rançongiciel» WannaCry en 2017. En février, les États-Unis et le Royaume-Uni avaient pointé du doigt la responsabilité de la Russie dans la cyberattaque NotPetya, Washington accusant Moscou d’avoir voulu déstabiliser le régime ukrainien.

Agressions sexuelles d’enfants

Selon Europol, les pirates informatiques délaissent «les attaques aléatoires» afin de cibler des personnes ou des compagnies qui présentent «de plus gros profits potentiels». Les cyberattaques qui visaient autrefois les entreprises financières traditionnelles se concentrent désormais sur les cryptomonnaies, comme le bitcoin, ajoute Europol. Cependant, les cyberattaques classiques telles que le «hameçonnage» par mail («phishing» en anglais), qui trompent les utilisateurs en leur offrant par exemple une assistance technique ou de faux espoirs de gains financiers, «génèrent toujours un nombre considérable de victimes».

Dans son rapport, Europol tire également la sonnette d’alarme sur la diffusion en direct d’agressions sexuelles d’enfants, une tendance grandissante dans ce que l’agence qualifie d’«aspect le plus dérangeant de la cybercriminalité».

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires