Ultimate magazine theme for WordPress.

Ouragan Florence – «Un vrai cauchemar vous arrive dessus»

11

Rétrogradée mercredi d’un cran en une tempête de catégorie 2, Florence devrait approcher les côtes de la Caroline du Nord et de la Caroline du Sud jeudi soir et vendredi, mais chacun se demande s’il va être dans la partie la plus violente de l’ouragan, dont la trajectoire est incertaine.

«C’est une fille méchante et capricieuse. Elle ne sait pas ce qu’elle veut faire», lance Kelly Preston, femme au foyer de 56 ans, marchant dans les rues encore ensoleillées de Charleston, en Caroline du Sud. Jusqu’à mardi, on prévoyait que Florence, avec ses vents de 175 km/h et ses pluies torrentielles, toucherait terre en Caroline du Nord. Mais le Centre national des ouragans parlait plutôt mercredi soir d’une «arrivée lente» qui lui ferait vraiment toucher terre en Caroline du Sud vendredi soir ou samedi. «C’est la roulette russe. Nous ne savons pas où elle va frapper», explique Mme Preston. «Tout ce que je veux, c’est aller m’asseoir chez moi dans mon fauteuil».

Nicholas Cundiff, médecin de 27 ans roulant à vélo dans les rues désertes de la ville, n’envisage pas de la quitter, alors que les autorités de l’État ont ordonné l’évacuation de près d’un million de personnes. «Je n’ai pas encore vraiment décidé, je vais probablement rester, explique-t-il à l’AFP. C’est un peu déconcertant, car il y a tellement d’inconnues, mais je crois que ça n’a pas l’air trop horrible, et que je pourrai m’en tirer. Si jamais ça tourne vraiment mal, je partirai».

«Attention, l’Amérique!»

Dans Charleston, on ne voyait plus guère dans les rues que les gens en train de finir de protéger les maisons, et les équipes de secours aidant à mettre des planches sur les fenêtres ou des sacs de sable devant les portes d’entrée. Mais de nombreuses maisons dans cette ville historique sont vieilles et souvent en mauvais état, et beaucoup restaient sans aucune protection.

«Je suis inquiet, car je vois que beaucoup de gens ne sont pas préparés. Parce qu’au départ, on ne pensait pas que ce serait trop terrible ici», explique Barry Sparks, retraité en train de faire provision d’eau à Columbia, la capitale de l’État. Les États tout le long de la côte ont déclaré l’état d’urgence, s’attendant à une montée des eaux et des inondations potentiellement catastrophiques.

Les habitants ont même reçu un avertissement… venu de l’espace. L’astronaute allemand Alexander Gerst a tweeté des photos de l’ouragan prises depuis la Station spatiale internationale, avec la légende «Attention, l’Amérique!» «Préparez-vous sur la côte est, vous avez un vrai cauchemar qui vous arrive dessus», a-t-il ajouté.

Mais le Dr Cundiff refuse de s’inquiéter. «C’est une belle journée. Comme je vais ensuite être enfermé pendant deux jours, je me suis dit que je pouvais aussi bien profiter de ce beau temps aujourd’hui pour être dehors avec mon vélo».

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires