Ultimate magazine theme for WordPress.

Ouragan – Trump nie le bilan de 3000 morts de Maria

8

Le président américain Donald Trump a nié jeudi le bilan officiel de près de 3000 morts à Porto Rico, territoire américain, liées à l’ouragan Maria il y a un an, estimant que les démocrates ont gonflé le chiffre pour lui nuire.

«3000 personnes ne sont pas mortes dans les deux ouragans ayant frappé Porto Rico. Lorsque j’ai quitté l’île, APRES que la tempête a frappé, ils avaient entre 6 et 18 morts», a-t-il tweeté. «Avec le temps qui passe, ça n’a pas augmenté de beaucoup».

«Et, après une longue période, ils ont commencé à rapporter des chiffres vraiment très élevés, comme 3000. C’est le fait des démocrates de façon à donner une image aussi mauvaise que possible de moi tandis que je lève avec succès des milliards de dollars pour aider à la reconstruction de Porto Rico», a-t-il poursuivi dans un second tweet.

Et d’ajouter: «Si une personne est décédée pour une raison quelconque, disons de vieillesse, elle a été ajoutée à la liste. Mauvaise politique. J’aime Porto Rico».

Controverse

Fin août, le gouverneur de l’île Ricardo Rossello avait indiqué avoir «donné comme instruction d’actualiser le bilan officiel à 2.975 morts» après la réception d’un rapport qu’il avait lui-même commandé à des chercheurs de l’université George Washington pour parvenir à un bilan réaliste, face à la controverse sur le nombre de victimes. «Toute future discussion devra se fonder sur ce rapport», avait-il déclaré.

Le bilan officiel était auparavant de 64 morts. Mais les chercheurs ont estimé que la mortalité avait augmenté sur l’île de 22% de septembre 2017 à février 2018, par rapport à la même période de l’année précédente.

Chiffres différents

Après cette annonce de M. Rossello, membre du «nouveau parti progressiste», M. Trump s’était dit fier de la réaction des pouvoirs publics après cette catastrophe naturelle. Les opérations ayant suivi l’ouragan furent «un succès incroyable et méconnu», avait affirmé le président.

Une autre étude indépendante de chercheurs d’Harvard, non commandée par le gouvernement porto-ricain et publiée en mai, avait conclu à environ 4.600 morts en trois mois, selon une méthode proche.

Maria, qui a frappé Porto Rico le 20 septembre 2017, a laissé des stigmates pendant des mois sur l’île, en coupant l’eau, l’électricité, le téléphone et les routes, isolant de nombreux villages.

(L’essentiel/afp)

commentaires