Ultimate magazine theme for WordPress.

PARLEMENT : quand Kory Kondiano titille le gouvernement

129

A la cérémonie de clôture de la session des lois de ce jeudi, le président du parlement, Claude Kory Kondiano, avait déjà quelques reproches à l’endroit de l’Exécutif. Aussi, la faible représentativité du gouvernement à la cérémonie n’était pas pour arranger les choses. Loin s’en faut.

 «  Quand on compare la présence des ambassadeurs à  celle des  membres du gouvernement, on peut dire qu’ils  ne sont pas bien représentés. Je voulais le noter parce que là aussi, notre souhait le plus ardent est d’avoir tout le gouvernement avec nous pour la clôture de la session,  pour la beauté même de la session parlementaire », a expliqué  Dr Fodé Oussou Fofana.

Pour Claude  Kory kondiano, président de l’assemblée, les députés et les membres du gouvernement constituent une équipe qui travaille pour ce pays. « Sans ce travail d’équipe,  il est très difficile que nous puissions avancer la Guinée qui appartient à chacun de nous », a-t-il dit.   Selon lui, il faut que les Guinéens apprennent à donner de l’importance et de la considération à leurs institutions. « Comment voulez-vous qu’on nous prenne au sérieux lorsqu’à  l’ouverture  de la  session parlementaire et à la fermeture, les députés se retrouvent avec les membres du corps diplomatique et consulaire et les représentants des institutions internationales, et que le gouvernement soit absent », se plaint-il. Pour Kory Kondiano, ce message  doit être  transmis au premier ministre. «  Je suis persuadé qu’avec lui les choses vont changer », a-t-il conclu.

Indépendamment de ce contexte de circonstance, le président du parlement s’en est pris à l’Exécutif auquel il a reproché une certaine inefficacité quant à la promulgation des lois adoptées par la représentation nationale. Appuyant son accusation avec des statistiques, le patron du parlement a indiqué que seuls 166 des 217 textes adoptés par son parlement sont aujourd’hui promulgués. Une situation qu’il impute en particulier au secrétariat général du gouvernement qui, dit-il, soumet « toutes les deux catégories de lois à la Cour constitutionnelle, alors que cela est facultatif pour les lois ordinaires ». En tout état de cause, rappelle le chef du parlement : « Les lois que peut voter l’Assemblée nationale ne serviront à rien, si elles ne sont pas appliquées ».

Le président de l’Assemblée nationale s’est aussi invité dans la crise actuelle autour de l’augmentation du prix du carburant à la pompe. En gros, il partage l’argumentaire du gouvernement selon lequel la mesure vise à aider l’Etat réduire les pertes sèches consécutives à la subvention du carburant. Kory Kondiano pense que les besoins sont tels que l’Etat se doit d’aller chercher des recettes supplémentaires. Néanmoins, au sujet du prix du carburant, partant de l’hypothèse selon laquelle l’augmentation prochaine de la production de la part de certains pays membres de l’OPEP pourrait entrainer une baisse du prix à l’international, il invite dans ce cas l’Etat guinéen à rendre effectif le principe de flexibilité. « Il faudra que l’Etat fasse baisser le prix du litre des produits à la pompe pour bien prouver à la population et aux acteurs sociaux que le gouvernement est bien ouvert à l’idée d’une répartition équitable du revenu national comme le souhaite la population guinéenne à tous les niveaux », suggère-t-il

Balla Yombouno

Print Friendly, PDF & Email
commentaires