Ultimate magazine theme for WordPress.

Police – Un Sud-Coréen élu président d’Interpol

14

Le Sud-Coréen Kim Jong-yang, dont la candidature était «fermement» soutenue par les États-Unis face à un général russe, a été élu mercredi président d’Interpol pour un mandat de deux ans, a annoncé la plus importante organisation de police au monde sur Twitter. Kim Jong-yang était déjà président par intérim d’Interpol depuis la «démission» subite de son ancien patron, Meng Hongwei, accusé de corruption en Chine et qui a mystérieusement disparu, début octobre, au cours d’un voyage dans son pays.

Réunis depuis dimanche à Dubaï, les délégués d’Interpol ont élu le Sud-Coréen lors d’une assemblée générale après que la candidature du général de police russe, Alexandre Prokoptchouk, a suscité une levée de boucliers aux États-Unis et des menaces de l’Ukraine et de la Lituanie de quitter l’organisation mondiale de police. Bien que le poste de président soit plus honorifique qu’opérationnel, les critiques de Moscou craignaient que l’organisation internationale ne devienne un outil du Kremlin, pour lutter contre ses opposants politiques en cas d’élection d’Alexandre Prokoptchouk.

Soutenu par les États-Unis

Le quotidien The Times avait affirmé la semaine dernière, citant des sources britanniques, qu’Alexandre Prokoptchouk était le favori du scrutin. Les États-Unis, par la voix de leur secrétaire d’État, Mike Pompeo, avaient indiqué mardi, à la veille du vote, qu’ils «soutenaient fermement» le Sud-Coréen. «Nous encourageons toutes les nations et organisations faisant partie d’Interpol et respectant l’État de droit à choisir un chef intègre. Nous pensons que ce sera le cas de Kim Jong-yang», avait déclaré le chef de la diplomatie américaine.

Peu après son élection, le nouveau président sud-coréen d’Interpol a estimé que le «monde fait aujourd’hui face à des changements sans précédents qui représentent d’énormes défis à la sécurité et sûreté publiques». «Nous avons besoin d’une vision claire: nous devons construire un pont vers l’avenir», a-t-il ajouté, cité sur le compte Twitter d’Interpol. L’Argentin Néstor R. Roncaglia a, lui, été élu vice-président pour les Amériques, pour un mandat de trois ans, a par ailleurs fait savoir Interpol.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires