Ultimate magazine theme for WordPress.

Politique britannique – Le gouvernement presse les députés sur le Brexit

33

Downing Street a annoncé dimanche avoir engagé des discussions afin d’étendre le nombre et la durée des séances de débats au parlement, pour s’assurer d’un temps suffisant pour adopter tous les textes nécessaires avant le Brexit. «Nous sommes conscients qu’il s’agit d’un calendrier exigeant. Par précaution, nous sommes donc en discussion préliminaire au sujet de l’allongement de la durée des séances, mais uniquement si cela s’avère nécessaire», a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Les débats pourraient ainsi se prolonger jusqu’à minuit les lundi, être allongés de près de cinq heure les mardis, ou se tenir le vendredi (ce qui n’est habituellement pas le cas) jusqu’à la date du Brexit, le 29 mars prochain. La pause parlementaire de huit jours, du 15 au 24 février, pourrait, elle, être supprimée. «Tous les députés auront la possibilité de débattre et de voter avant toute extension du calendrier», a précisé le porte-parole. Sur les treize lois qui doivent être adoptées avant le Brexit, cinq ont ont été promulguées, huit doivent toujours être votées, et les débats n’ont pas commencé pour certaines.

«J’ai encore l’impression qu’avec le soutien des deux Chambres, la Chambre des communes et la Chambre des lords, avec de la bonne volonté et de la détermination, nous pouvons encore passer ces lois dans les temps», a déclaré la ministre des Relations avec le parlement, Andrea Leadsom, sur la BBC. En parallèle, Downing Street envisage également l’introduction de la loi martiale, en cas de perturbations après un éventuel Brexit sans accord, a annoncé le Sunday Times. Un couvre-feu, des interdictions de voyager ou le déploiement de l’armée pourraient être décidés, dans le cadre du Civil Contingencies Act de 2004, pour empêcher des troubles, alors que la société britannique s’interroge des conséquences d’un «no deal».

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires