Ultimate magazine theme for WordPress.

Premiers pas vers la réconciliation entre Djibouti et l’Érythrée

13

Après la signature d’un accord historique entre la Somalie, l’Éthiopie et l’Érythrée, mercredi 5 septembre, la première action concrète du “comité commun” de résolution des crises dans la région a été de favoriser un début de rapprochement entre Djibouti et l’Érythrée.


La région de la Corne de l’Afrique a connu un ballet diplomatique intense ces dernières 48 heures. Le 5 septembre, Abiy Ahmed, le Premier ministre éthiopien, accompagné de Mohamed Abdullahi « Farmajo », le président somalien, se sont rendus à Asmara pour rencontrer Isaias Afworki, le chef de l’État érythréen.

Programme chargé pour le responsable éthiopien, venu visiter les ports d’Assab et de Massawa, où était réceptionné le premier cargo éthiopien depuis vingt ans, et inaugurer l’ambassade éthiopienne à Asmara. Il a surtout signé avec ses deux homologues un accord historique de coopération entre les trois pays, créant à cette occasion, un « comité commun » de résolution des crises dans la région.

Abiy Ahmed en médiateur

Abiy Ahmed a saisi cette occasion pour proposer, une nouvelle fois, sa médiation pour régler le conflit frontalier qui a opposé l’Érythrée à Djibouti en 2008 et continue d’empoisonner les relations entre les deux pays.

Aucun chef de la diplomatie érythréenne ne s’était rendu à Djibouti depuis 1999

Le lendemain, comme une première initiative de ce comité, les ministres des Affaires étrangères éthiopien, somalien et érythréen, ont été reçus à l’aéroport de Djibouti par leur homologue, Mahmoud Ali Youssouf.

Osman Saleh est le premier chef de la diplomatie érythréenne à se rendre à Djibouti depuis 1999, au lendemain d’une précédente incursion militaire des troupes d’Asmara chez son voisin.

La délégation, qui comptait également Yemane Gebreab, conseiller spécial auprès d’Isaias Afworki, a été reçue par Ismael Omar Guelleh. Le président djiboutien aurait déclaré en message de bienvenu, selon les officiels éthiopiens, que son pays « est prêt à parler de réconciliation et de normalisation de ses relations avec l’Érythrée », reconnaissant au passage le rôle joué par l’Éthiopie et la Somalie.

« La saison de la paix ne fait que commencer dans la Corne », lui aurait fait répondre Isaias Afworki, prêt semble-t-il à rediscuter du tracé des frontières. Sans passer par les armes cette fois.

commentaires