Ultimate magazine theme for WordPress.

Près de Strasbourg – La justice se prononcera mardi sur la rocade

3

Le tribunal administratif de Strasbourg, qui a examiné mercredi l’arrêté préfectoral autorisant le lancement du chantier d’une rocade controversée à l’ouest de la capitale alsacienne, rendra sa décision mardi, a-ton appris auprès de l’avocat d’Alsace Nature, Me François Zind. Ce référé, introduit par l’association, constitue l’un des derniers espoirs pour les opposants au projet, soutenus sur place mercredi par le député de La France insoumise, François Ruffin, d’interrompre la construction de cette autoroute de Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg.

Ceux-ci ont débuté la semaine passée avec le déboisement de plusieurs parcelles, après l’évacuation d’une zone à défendre (ZAD) par les gendarmes dans la petite commune de Kolbsheim (Bas-Rhin). «Les arguments que nous avons avancés sont forts et nos adversaires n’y ont répondu que partiellement, surtout pour ce qui est de l’actualisation de l’étude d’impact (NDLR: du projet) sur la qualité de l’air. On est plutôt confiants», a déclaré Me Zind à l’issue de l’audience.

«Désastreux pour l’environnement»

Une cinquantaine de personnes ont participé en milieu de journée à un rassemblement organisé par François Ruffin, à Kolbsheim, a constaté un journaliste de l’AFP. Élus locaux, agriculteurs, associatifs et riverains ont pris la parole pour dénoncer «un projet inutile», «désastreux pour l’environnement» et «obsolète» devant le député. «Je suis venu vous dire de ne pas vous décourager», avait-il lancé plutôt tôt à une centaine de manifestants présents devant le tribunal administratif. «Ne baissez pas les bras. Parfois, les victoires surgissent au moment où on s’y attend le moins».

Le député de la Somme a fustigé «l’État Vinci», qui se détermine contre l’avis d’experts «alors que l’effondrement écologique est déjà là». Outre des opposants au GCO, plusieurs avocats avaient tenu à être présents devant le tribunal administratif, mécontents que les travaux aient débuté alors que plusieurs recours en référé n’avaient pas encore été examinés. «On bafoue le droit à un recours effectif», a regretté Me Caroline Zorn, présidente de la section strasbourgeoise du syndicat des avocats de France. «On ne commence pas à déboiser quand on a un doute sérieux sur la légalité du projet, il aurait fallu un moratoire».

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires