Ultimate magazine theme for WordPress.

Présidentielle au Nigeria : vers une nouvelle alternance ?

54

Le président sortant Muhammadu Buhari (à g.) et son principal adversaire, Atiku Abubakar (ici en 2014), s’affronteront à la présidentielle du 16 février 2019. © Sunday Alamba/AP/SIPA

À moins d’un mois de la présidentielle, l’incertitude règne parmi les électeurs qui ont du mal à choisir entre Muhammadu Buhari, le président sortant au bilan mitigé, et une opposition qui peine à proposer une véritable alternative.


Le ton est brutal, sans concession. Devant un cybercafé d’Abuja, un groupe de jeunes discutent avec intérêt de leur choix pour la présidentielle du 16 février prochain. Les uns dénoncent « le manque de résultats » de Muhammadu Buhari (76 ans) qui, selon eux, « n’est pas la solution pour l’émergence du Nigeria ». « C’est un vieux de la politique qui a passé tout son mandat à s’occuper de sa santé et à laisser les problèmes du pays en l’état », s’emporte Ismaël, hostile au second mandat du président actuel.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.


commentaires