Ultimate magazine theme for WordPress.

Projet Cigéo à Bure – Une tribune contre les «contrôles judiciaires»

4

Une centaine de personnalités, dont Jean-Luc Mélenchon et José Bové, ont signé jeudi une tribune, parue sur le site de Politis, pour réclamer la fin de «contrôles judiciaires» pesant sur des opposants au projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse). «Nous, signataires de cette tribune, considérons que derrière le masque d’une banale enquête pénale, une «affaire Bure» se profile», écrivent-ils. «Les “techniques spéciales d’enquête” de la loi du 3 juin 2016 sur la “criminalité organisée et le terrorisme” servent en réalité à asphyxier la contestation du plus gros projet industriel français», poursuivent-ils.

Selon plusieurs articles, de Libération, Médiapart et Reporterre, parus mi-novembre, les opposants au projet d’enfouissement de Bure (Meuse), dont sept sont mis en examen, feraient l’objet d’écoutes téléphoniques, de perquisitions et de gardes à vue répétées, de saisies de matériel informatique, etc. «C’est une atteinte aux libertés fondamentales et une manœuvre délétère pour broyer des vies et atomiser un mouvement», dénoncent les signataires de la tribune parmi lesquels aussi les députés LFI Clémentine Autain et François Ruffin, Olivier Besancenot, l’avocat William Bourdon, l’éditeur Eric Hazan, l’agriculteur militant Cédric Herrou, l’humoriste Guillaume Meurice ou la réalisatrice Marie-Monique Robin.

Accompagnée d’une pétition, leur tribune réclame de «stopper la criminalisation aberrante de cette lutte» et que soit mis «fin immédiatement aux contrôles judiciaires intolérables qui pèsent sur les personnes mises en examen». Le projet Cigéo, mené par l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) vise à enfouir à 500 m sous terre les déchets les plus radioactifs ou à vie longue du parc nucléaire français et suscite une farouche opposition de plusieurs organisations et lanceurs d’alerte.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires