Ultimate magazine theme for WordPress.

REDRESSEMENT EDG : à l’heure du bilan, les signaux au vert

59

Depuis un certain temps, le contrat de gestion de l’entreprise publique de fourniture d’électricité, Electricité de Guinée (EDG), signé entre l’Etat guinéen et le tandem Veolia-Seureca et financé par la Banque mondiale, est au cœur d’une certaine polémique. Côté guinéen notamment, des responsables dénoncent les maigres performances consécutives à ce contrat de gestion qui en est déjà à sa troisième année. Eh bien, à travers la conférence de presse animée aujourd’hui par son administrateur général, Abdenbi Attou, EDG martèle le contraire. A un an du terme du contrat de gestion, l’entreprise affiche des résultats sans précédent. Ce, en raison de réformes structurelles menées dans le cadre justement du redressement.

De nombreux chiffres sont de nature à rendre compte des résultats positifs qu’affiche aujourd’hui Electricité de Guinée, par rapport à la période d’avant la conclusion du contrat avec Veolia-Seureca. Au nombre de ceux, il y a qu’entre 2015 et 2018, le nombre de clients est passé de  238 469 à 400 149, soit une hausse de 68 %, autrement 2/3 des clients potentiels. De même, durant la même période, le parc de compteurs posés et raccordés est passé de seulement 13.000 à 120.000, soit une augmentation de 818 %. Un autre paramètre ayant enregistré un certain impact, c’est le temps de coupure d’électricité. Il été réduit de 31 %. Alors que la production, elle, a fait un bond de 69 %, avec près de 800 GWh produits en trois ans.

Du point de vue de l’exploitation commerciale, les chiffres énoncés par l’administrateur général, sont là aussi, éloquents. En effet, selon Abdenbi Attou, « EDG a enregistré une amélioration  des performances  commerciales.  A cet effet, les chiffres clés et indicateurs  de performance montrent que la vente est passée de 564 milliards (GNF) en 2015 à 950 milliards en 2018, soit plus de 68%. Les encaissements, quant à eux, étaient de 407 milliards en 2015. Ils sont passés à 800 en 2018, soit plus de 97%. Au niveau des recouvrements, on est passé de  60 %  en 2015 contre 87 %  en 2018, soit plus 27 points. Le taux de facturation (rendement réseau) en 2015 était à 63% et est de 70% en 2018, soit plus 7 points».

Ces résultats positifs sont bien entendu la conséquence de réformes menées depuis la signature du contrat de gestion. Au nombre de ces réformes, on peut noter le lancement par la société du dispatching national, la réhabilitation de kaloum5, l’amélioration de la qualité de la  desserte, le renforcement des moyens de production dans les villes de l’intérieur, l’électrification des communes rurales, la formation des formateurs via campus Veolia, la mise en place d’un département QHSE ainsi que celle d’une commission de passation des marchés publics.


En termes de perspectives  et dans le cadre notamment de son plan d’action au titre de 2019, l’administrateur général annonce  une amélioration de la desserte, l’augmentation des revenus, la transformation de l’entreprise ainsi que la formation de  la relève.

Les résultats techniques témoignent d’un redressement fermement engagé, au bénéfice des populations, et d’une amélioration des performances techniques, commerciales et financières.

Balla Yombouno

628742308

Print Friendly, PDF & Email
commentaires