Ultimate magazine theme for WordPress.

Royaume-Uni – Novitchok: Londres accuse Vladimir Poutine

13

Le secrétaire d’État britannique à la Sécurité, Ben Wallace, a accusé jeudi le président russe Vladimir Poutine d’être responsable «en dernier ressort» de l’attaque au Novitchok perpétrée en mars contre un ex-espion russe et sa fille en Angleterre. La Première ministre britannique Theresa May avait accusé mercredi le renseignement militaire russe (GRU) d’être à l’origine de l’empoisonnement avec ce puissant agent innervant, de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le 4 mars à Salisbury (sud-ouest de l’Angleterre).

«En dernier ressort, bien sûr, il est responsable, c’est le dirigeant de l’État», a déclaré M. Wallace, interrogée sur BBC Radio 4 sur la responsabilité de Vladimir Poutine dans ces opérations. «C’est son gouvernement qui contrôle, finance et dirige le renseignement militaire. Je ne pense pas que quiconque puisse dire que M. Poutine ne contrôle pas son État», a-t-il poursuivi. «Le GRU n’a pas la bride sur le cou».

Moscou nie toute implication

Selon Londres, l’attaque a été perpétrée par deux «officiers» du GRU, identifiés par la police britannique comme étant les ressortissants russes Alexander Petrov et Ruslan Bochirov, deux noms que la police soupçonne cependant d’être des pseudonymes. Ils font l’objet d’un mandat d’arrêt.

Depuis le départ, le Royaume-Uni accuse Moscou d’être à l’origine de l’attaque, une affaire qui avait engendré une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux. Moscou, qui nie toute implication, a dénoncé mercredi une «manipulation de l’information». Les Skripal ont survécu à l’empoisonnement, ainsi qu’un policier contaminé en leur portant secours.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires