Ultimate magazine theme for WordPress.

«Sa lumière ne pâlira jamais» – Les filles de Khashoggi lui rendent hommage

48

«Nous promettons que sa lumière ne pâlira jamais»: dans un hommage poignant publié par le Washington Post, les filles du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné début octobre dans le consulat de son pays à Istanbul, s’engagent à maintenir vivant l’héritage de leur père.




L’affaire Khashoggi



Jamal Khashoggi, journaliste critique du prince héritier saoudien et exilé aux Etats-Unis, collaborait régulièrement avec le Washington Post. Son meurtre a provoqué une onde de choc mondiale et a considérablement terni l’image de l’Arabie saoudite. «Il ne s’agit pas d’un éloge funèbre, car cela confèrerait un sentiment de fin», écrivent Noha Khashoggi et Razan Jamal Khashoggi dans un texte publié en ligne par le quotidien vendredi soir. «C’est plutôt la promesse que sa lumière ne pâlira jamais, que son héritage sera préservé parmi nous.»

Après avoir dans un premier temps nié la disparition de Khashoggi, Ryad a fini par reconnaître sous la pression internationale qu’il avait été tué dans l’enceinte de sa représentation lors d’une opération «non autorisée». Une version contestée par la plupart des observateurs, qui estiment que le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane ne pouvait pas ne pas être au courant.

«Simplement papa»

«Jamal Khashoggi était un homme complexe, mais pour nous, ses filles, il était simplement papa », écrivent-elles, se remémorant ses nombreux voyages, dont il rapportait «des cadeaux et des histoires fascinantes». «Nous savions depuis très jeunes qu’il était un homme important dont les mots avaient un effet sur les gens à une grande distance», expliquent-elles. Pour lui, «écrire n’était pas seulement un métier; c’était une obsession. C’était ancré au cœur de son identité, et cela le gardait en vie.»

«Dorénavant, ses mots maintiennent son esprit avec nous, et nous sommes reconnaissantes de cela», affirment-elles. Jamal Khashoggi «n’était pas un dissident», assurent encore Noha et Razan Jamal Khashoggi, et même s’il avait refait sa vie aux Etats-Unis, «il n’a jamais abandonné l’espoir pour son pays». «Si être un écrivain était enraciné dans son identité, être saoudien faisait partie de la même racine.»

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

commentaires