Ultimate magazine theme for WordPress.

Solidarité aux Pays-Bas – Une famille loge à l’église pour éviter l’expulsion

3

Plus de 500 pasteurs se relaient jour et nuit pour des offices religieux dans une petite église protestante d’une rue paisible de La Haye, aux Pays-Bas, afin d’éviter l’expulsion d’une famille arménienne, réfugiée sur place depuis octobre. Haryarpi Tamrazyan, 21 ans, est arrivée aux Pays-Bas il y a neuf ans, accompagnée de ses parents, de sa sœur, 19 ans, et de son frère, 14 ans. Lorsque la dernière demande d’asile lui a été refusée, synonyme d’une expulsion imminente vers l’Arménie, la famille a quitté sa maison des environs de La Haye en octobre et est venue se réfugier dans l’église.

La police n’ayant pas le droit aux Pays-Bas de pénétrer dans un lieu de culte pendant un office religieux, l’église a vite décidé de venir en aide à la famille en organisant des messes sans discontinuer. «La famille Tamrazyan a frappé à notre porte un soir, paniquée, et nous a demandé de l’héberger et de la protéger de la police. Il y avait urgence», raconte Derk Stegeman, pasteur et porte-parole improvisé de l’église, soudainement mise sous le feu des projecteurs.

«Acte de bonté»

Le petit lieu de culte est l’objet d’une attention croissante dans les médias et sur les réseaux sociaux, où des messages de soutien ne cessent d’approuver l’«acte de bonté» de l’église de la rue Thomas Schwenckestraat. La famille arménienne, qui souhaite rester aux Pays-Bas, loge au premier étage du lieu de culte depuis le 25 octobre, date à laquelle ont commencé les messes au rez-de-chaussée, attirant de nombreuses personnes du quartier mais également des quatre coins du pays.

«Nous avons actuellement 500 pasteurs inscrits pour célébrer des offices», se félicite Derk Stegeman, qui s’apprête lui-même à célébrer une messe de six heures une fois le jour tombé. «C’est incroyable ce que la solidarité des gens peut accomplir», ajoute-t-il auprès de l’AFP. Les services néerlandais de l’Immigration (IND) ont déclaré ne pas communiquer sur des affaires en cours.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

Les derniers commentaires

commentaires