Ultimate magazine theme for WordPress.

Sommet de l’OTAN – 1 400 manifestants contre Trump à Bruxelles

68

Quelque 1 400 personnes, selon la police, ont manifesté samedi à Bruxelles pour la paix et contre la politique de Donald Trump, à quelques jours de la venue du président américain à un sommet de l’Otan dans la capitale belge. «Nous voulons la paix, pas la guerre», «pas de guerre avec l’Iran», proclamaient notamment les banderoles et pancartes brandies par les manifestants, qui ont défilé dans le calme, certains accompagnés d’enfants.

La manifestation était organisée par une plate-forme d’organisations baptisée «Trump not Welcome» (Trump pas le bienvenu), protestant contre la perspective d’une augmentation des dépenses de défense en Europe, conformément au vœu du président américain. «Nous condamnons son appel à plus d’investissements dans les dépenses de défense et sommes indignés par sa politique d’immigration inhumaine symbolisée par des enfants enfermés», ont relevé les organisateurs. «Nous sommes contre cette logique où la militarisation l’emporte sur des dossiers comme la lutte contre la pauvreté, la défense du climat, l’accueil des migrants, etc», ont lancé les jeunes écologistes belges (Ecolo J) pour justifier leur participation à ce défilé.

Donald Trump est attendu à Bruxelles les 11 et 12 juillet pour participer à un sommet avec ses 28 homologues chefs d’État ou de gouvernement de l’Alliance atlantique. Il devrait réitérer l’exigence américaine, déjà formulée en 2014 sous Barack Obama, que les alliés européens consacrent au moins 2% de leur Produit intérieur brut (PIB) aux dépenses militaires d’ici à 2024. Seuls huit des 29 membres de l’Otan (dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la Grèce et une poignée de pays de l’Est) respecteront cet engagement en 2018.

(L’essentiel/afp)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les derniers commentaires

commentaires