Ultimate magazine theme for WordPress.

SORCELLERIE : qui a tué Dr Salé ?

444

En dépit des progrès de la science qui repoussent sans cesse les limites de l’incrédulité et des superstitions, la vie des êtres humains sur Terre demeure un mystère par certains de ses aspects. De quelques phénomènes dont nous sommes objet ou témoins, nous n’avons pas toujours les explications rationnelles. L’histoire au cœur de cet article est un de ces phénomènes…

Dans la matinée de ce mercredi 23 janvier 2019, tout Tombolia-Plateau retient son souffle. Le décès, tard la veille, de Dr. Salématou Camara a certes été bel et bien confirmé. Mais les habitants de ce quartier populaire de la haute banlieue de Conakry, n’arrivent toujours pas à y croire. Sa famille, ses amis, ses voisins et surtout ses patientes-notamment celles qui ont bénéficié de ses soins pendant leurs grossesses ou lors de l’accouchement- alternent larmes, colère et incompréhension, devant le mystère qui entoure la disparition de Dr. Salé.

Parce que tout commence, selon les explications de sa famille, quand, une semaine plus tôt, Dr. Salé se réveillant en sursaut, se plaint d’un terrible cauchemar. « Dans mon rêve, quelqu’un m’a tendu une noix de cola et m’a forcée à l’avaler. Plusieurs fois, j’ai refusé. Mais il a continué à me menacer. Apeurée, j’ai finalement tenté de l’avaler. Mais la noix est restée coincée dans ma gorge. Je me suis battue pour la vomir en vain. Et c’est en me débattant que je me suis réveillée, totalement étouffée », racontait-t-elle alors à ses proches, à l’aube de cette nuit mouvementée. Ce qu’elle ne comprend pas et que personne ne réussit à lui expliquer non plus, c’est que la fameuse noix de cola est restée coincée dans sa gorge au-delà de son sommeil. Une fois réveillée, elle a continué à ressentir la noix dans sa gorge.  « Elle ne pouvait même pas boire de l’eau normalement, à plus forte raison manger », raconte sa cousine. Malheureusement, au cours de son cauchemar, Dr. Salé n’avait pas réussi à identifier la personne qui l’avait contrainte à absorber la cola. Mais vu que le danger est passé du songe à la réalité, elle s’en était inquiète. Son époux et ses parents aussi.

Désemparée, elle fait le tour des cliniques et des hôpitaux, notamment le CHU Donka. Mais aucun appareil ne prouve la présence d’un corps étranger dans sa gorge. En revanche, selon sa sœur Fatoumata Camara, Dr Salé a eu un début de soulagement lorsqu’elle a pris un produit pharmaceutique dans une clinique de la place. « La chose qui était coincée dans sa gorge est descendue dans son ventre. Les médecins ont affirmé que son ventre pouvait dorénavant digérer cette chose et qu’elle pouvait s’en débarrasser une fois aux toilettes », dit-elle.

Mais en lieu et place de cette prévision pleine d’optimisme, Dr. Salé commence à se plaindre de son ventre. Et environ une semaine après, elle rend l’âme. Pour une noix de cola avalée dans un songe, elle est réellement morte pour toujours.

Plusieurs centaines de personnes sont venues lui rendre un dernier hommage, au domicile de son mari, situé non loin de la traversable N0 7, tout près de sa clinique. Parmi elles, des parents, voisins, collègues de service, amis et autorités locales. Tous, parlant d’elle, évoquent une jeune dame tranquille, sociale et discrète.


Elle est inhumée après la prière de 14h. Que de silence et de recueillement au passage de son cercueil, mais aussi de la colère, difficilement contenue. « Qui a pu faire ça ? », s’interroge une dame qui a récemment accouché d’un garçon sous les soins de Dr Salé. « C’est la volonté de Dieu », a répondu l’imam de la mosquée de Tombolia au cours de son prêche organisé pour la circonstance.

Gilles Mory Condé

Print Friendly, PDF & Email
commentaires