Ultimate magazine theme for WordPress.

Test en Belgique – Une alerte envoyée dans plusieurs communes

68

Lancé il y a un peu plus d’un an, le système «BE-Alert» a visiblement besoin d’un petit coup de boost. Jeudi, les Belges inscrits à ce système, qui permet d’être alerté en cas de grave incendie, d’inondation ou encore de panne de courant, sera testé à grande échelle. Les personnes «abonnées» recevront le SMS suivant: «Ceci est un test. Vous ne devez rien faire. Motivez vos amis et votre famille à s’inscrire à www.be-alert.be».

Dans la province de Luxembourg, plusieurs communes participent au test. C’est le cas à Bastogne et à Houffalize, où le message de test sera donc envoyé à la population, ce jeudi, indique le gouverneur de la province, Olivier Schmitz, sur Twitter. Selon le journal La Meuse, les habitants de Marche-en-Famenne sont aussi concernés.

Au total, jeudi, 110 villes et communes belges testeront le système, qui fonctionne par SMS, par message vocal et par e-mail. Depuis son lancement l’an dernier, près de 70% des communes du royaume sont connectées à l’outil. Il y a quelques jours, le parti libéral MR a proposé de l’étendre aux disparitions d’enfants. Selon les informations reprises sur le site de BE-Alert, le système est capable d’envoyer 100 SMS et 10 000 e-mails par seconde et d’effectuer 600 appels téléphoniques simultanés.

(L’essentiel)



Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les derniers commentaires

commentaires