Ultimate magazine theme for WordPress.

[Tribune] Les réseaux sociaux ne font pas (encore) les élections

88

Le recours aux réseaux sociaux demeure important pour les candidats aux élections. Ces canaux peuvent être d’une grande efficacité, pour peu qu’ils soient employés non pas à l’aveugle, mais avec une stratégie réaliste et bien ciblée, analyse Mathias Hounkpe.


Il n’y a pratiquement plus de scrutins en Afrique où l’on n’observe pas une utilisation massive des réseaux sociaux. Ces dernières années, du Sénégal à l’Afrique du Sud, ils ont été intégrés aux stratégies de campagne des candidats, et des community managers ont été mobilisés, souvent à temps plein, pour les animer. Du compte Twitter à la page Facebook en passant par les vidéos sur YouTube, tout y passe ! Mais peuvent-ils réellement aider à gagner les élections ?

Compte tenu de l’enjeu, la question est loin d’être anodine, et plusieurs données statistiques devraient inciter les hommes et les femmes politiques à ne pas attacher plus de prix qu’il n’en faut à leur influence.

Le taux d’utilisation d’internet demeure relativement faible en Afrique de l’Ouest

Une utilisation à relativiser

Tout d’abord, le taux d’utilisation d’internet demeure relativement faible en Afrique de l’Ouest. Il suffit pour s’en convaincre de se plonger dans le rapport « Measuring the Information Society 2017 », publié par l’Union internationale des télécommunications (UIT) : à l’exception du Cap-Vert et du Ghana, tous les autres pays connaissent des taux inférieurs à 30 %, la Guinée et la Guinée-Bissau fermant la marche avec des chiffres inférieurs à 10 %. Même si ces pourcentages ont dû nécessairement augmenter depuis, il n’est pas exagéré de penser que la sous-région et une bonne partie du continent sont encore loin de se servir massivement d’internet.


>>> À LIRE – Télécoms et Internet : l’heure du data


commentaires