Ultimate magazine theme for WordPress.

TROISIEME MANDAT : « l’ambassadeur ne tient pas cette position de son gouvernement »

14

L’opposition républicaine a tenu, ce jeudi 10 janvier 2019, une plénière au QG de l’UFDG. Au menu de la rencontre qui a duré durée 4 heures, le chef de file de l’opposition et ses camarades ont passé en revue les sujets brûlants de l’heure. En particulier, ils se sont penchés sur les propos tenus hier par l’ambassadeur russe au sujet du troisième mandat. De même, ils ont discuté de ce qu’il convient de faire au sujet de la fin du mandat des députés de l’Assemblée nationale.

 « Nous avons déploré de la part du diplomate une prise de position partisane, une ingérence un peu indécente dans les affaires intérieures de la Guinée », a souligné Cellou Dalein Diallo.  Pour lui, le diplomate russe s’est porté défenseur des positions d’Alpha Condé. « Il a été manipulé par Alpha Condé lui-même. Et nous savons qu’il est le représentant d’une grande nation, d’un grand pays qui a participé activement à la décolonisation du continent africain, et qui a eu une relation exemplaire avec la Guinée dans le respect du principe de non-ingérence dans les affaires intérieures », déclare le leader de l’UFDGDe l’avis de Cellou Dalein Diallo, Alexandre Brigadzé ne tient pas sa position de son gouvernement. « Nous sommes aussi convaincus qu’il ne tient pas cette position des autres ambassadeurs, parce qu’il est le doyen du corps diplomatique et consulaire accrédité en Guinée. Lui-même il n’a pas suffisamment réfléchi », a-t-il estimé.

Au nom de l’opposition républicaine, il demande néanmoins aux autres ambassadeurs de prendre position par rapport au discours du diplomate russe. « Nous allons essayer aussi de saisir le gouvernement russe pour faire état de cette prise de position qui ne convenait pas et qui est contraire aux traditions du gouvernement russe dans ses relations avec les Africains en en général, et en particulier avec la Guinée », a-conclu le chef de file de l’opposition guinéenne.


Au sujet du mandat des députés qui prend fin le 13 janvier prochain, Cellou Dalein Diallo a souligné qu’il faut une consultation de la base de chacun des différents partis politiques de l’opposition pour une quelconque décision.  « Nous avons décidé d’essayer de nous pencher, chacun avec sa base, sur l’attitude que l’opposition pourrait avoir par rapport au mandat de l’opposition, puisque visiblement les élections ne seront pas organisées à bonne date », a-t-il dit.  Une consultation qui, selon lui, devrait se faire avant l’ouverture de la prochaine session des lois, prévue le 5 avril 2019.

Balla  Yombouno

Print Friendly, PDF & Email
commentaires