Ultimate magazine theme for WordPress.

Tunisie : le casse-tête de la dette

4

La dette publique de la Tunisie culmine à environ 50 milliards de dinars (environ 20 milliards d’euros). © Flickr/金娜 Kim S

La Tunisie aura du mal à briser la spirale infernale de la dette puisque, d’une année à l’autre, l’État est dans l’incapacité de relancer l’investissement.


Depuis 2011, l’État a eu systématiquement recours à des emprunts, en grande partie pour assurer son fonctionnement. Une stratégie qui revient à financer la consommation et chamboule les équilibres financiers. Alors que le plan 2016-2020 visait à limiter l’endettement public à 54,7 % du PIB en 2020, son poids dépassera 71 % fin 2018, alourdi par le creusement du déficit budgétaire, qui est passé de 650 millions à 5,2 milliards de dinars (d’environ 337 millions à 1,57 milliard d’euros) de 2010 à 2018 et devrait encore avoisiner les 4,5 milliards de dinars en 2019.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.


commentaires