Ultimate magazine theme for WordPress.

Ukraine – La Russie va déployer des missiles en Crimée

16

Un nouveau système de missiles sol-air S-400 va être déployé «dans un avenir proche» en Crimée, péninsule ukrainienne annexée en 2014, où la tension est montée depuis dimanche, a annoncé mercredi, un responsable de l’armée russe.

«Dans un avenir proche, le système de missiles antiaériens se mettra en position de combat pour protéger l’espace aérien de la Fédération de Russie», a déclaré le colonel Vadim Astafiev, porte-parole du district militaire russe du Sud, cité par l’agence de presse Interfax. Selon l’agence de presse Ria Novosti, il sera en place avant la fin de l’année. Il rejoindra les trois systèmes S-400 déjà en service en Crimée.

24 marins prisonniers

Dimanche, un affrontement entre des gardes-côtes russes et trois bateaux de la Marine ukrainienne qui voulaient pénétrer en mer d’Azov via le détroit de Kertch, contrôlé par la Russie, a conduit à la capture au large de la Crimée des trois navires, 24 marins ayant été faits prisonniers, dont trois blessés. C’est le premier affrontement armé ouvert entre l’Ukraine et la Russie depuis l’annexion de la Crimée en mars 2014.

D’une portée théorique de 400 km, le S-400 est le dernier né des systèmes de défense antiaérienne et antimissile de Russie, qui le considère comme un des fleurons de son industrie militaire. Il a été vendu à l’Inde mais aussi à la Turquie, ce qui a provoqué la colère des alliés occidentaux d’Ankara au sein de l’OTAN, notamment Washington, qui soulignent son incompatibilité avec les systèmes de défense de l’Alliance.

Le président ukrainien Petro Porochenko a d’ailleurs promulgué mercredi, comme annoncé, l’acte sur la loi martiale introduite en Ukraine sur fond de flambée de tensions avec la Russie, a annoncé son porte-parole. «Le président Porochenko a signé la loi», a annoncé sur Facebook, ce porte-parole, Sviatoslav Tsegolko, au sujet de la loi adoptée lundi, par le Parlement ukrainien, qui doit être introduite pour 30 jours dans dix régions frontalières et côtières du pays.

(L’essentiel/afp)

commentaires