Ultimate magazine theme for WordPress.

VIOLENCE POLITIQUE : les inquiétudes de la CNPG

39

La Coalition nationale pour la paix en Guinée (C.N.P.G) a animé ce jeudi 29 novembre 2018, une conférence de presse. Objectif : donner son point de vue sur la situation sociopolitique actuelle du pays. Dans la déclaration qui a sanctionné la rencontre, elle exprime ses vives préoccupations face à la montée vertigineuse des violences à Conakry et dans certaines préfectures à l’intérieur du pays.

 « On enregistre l’impunité, l’inaction de l’Etat, le silence coupable des acteurs sociaux et le populisme qui caractérisent les rares actions entamées », dénonce Amadou Oury Barry, président de la CNPG.  Mieux, il déplore la mise de côté par le pouvoir et l’opposition des textes de lois pour signer des accords qui sont, dit-il, « toujours violés, mettant le pays dans les turbulences avec des cortèges de morts, de blessés et de dégâts matériels ».

Ainsi, la CNPG exige du gouvernement en général et en particulier des départements de la Justice et de la Sécurité, l’ouverture immédiate d’enquêtes sur toutes les tueries et violation des droits humains, afin de situer les responsabilités et rétablir les victimes dans leurs droits.

Aussi, elle demande à l’opposition politique de prioriser le dialogue et les voies de recours règlementaires. Aux acteurs sociaux, leaders d’opinion et leaders religieux, elle demande de s’abstenir de jouer le jeu des politiciens et de prêcher la paix et la bonne cohabitation.

De même, la CNPG invite les médias et communicants sur les réseaux sociaux, à éviter de relayer les propos irresponsables des acteurs qui cherchent à attiser les conflits pour en tirer profit, et de traiter professionnellement les informations avant de les diffuser.


Par ailleurs, elle dit avoir suivi avec beaucoup de regret l’évolution de la grève relative à l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants après un an sans suite favorable. « Il est temps d’arrêter de déplacer les problèmes, de plutôt y faire face afin de les résoudre de façon durable. Nous déplorons la négligence et le mépris avec lequel l’Etat a abordé ces revendications légitimes des enseignants », déclare Amadou Oury.

 Balla Yombouno

628742308

Print Friendly, PDF & Email
commentaires